Slalom Levi Jean-Baptiste Grange 112010
La rage de Jean-Baptiste Grange | AFP - Markku Lander

Grange : "C'est mon grand retour"

Publié le , modifié le

Cette fois, Jean-Baptiste Grange est vraiment de retour. Victorieux à Levi en novembre, le slalomeur français manquait encore de référence et de fraîcheur. En s'imposant dans le slalom de Kitzbühel une semaine après son podium à Wengen, il enterre définitivement ses problèmes à l'épaule et se pose en candidat au titre mondial à Garmisch en février. "C'est mon grand retour, car je l'ai construit dans la douleur", a-t-il indiqué après sa victoire en Autriche.

Q: Vous étiez particulièrement ravi après cette victoire, pourquoi ?
R: "C'était beaucoup d'émotion car j'ai traversé des moments difficiles, malgré mon succès à Levi (Finlande, en novembre). C'est mon grand retour, car je l'ai construit dans la douleur. Dix jours en arrière, je n'étais pas dans le même état d'esprit. Je n'aurais pas imaginé alors faire un podium à Wengen et gagner à Kitzbühel. C'est amplement mérité parce que je me suis battu pour être à ce niveau. C'est peut-être une de mes plus belles victoires, il faut que je revois les images de la deuxième manche."

Q: Qu'est-ce-qui vous plaît tant à Kitzbühel ?
R: "Quand tu gagnes Kitzbühel, tu entres dans l'histoire du ski. Voir tous ces gens réunis en bas, cela m'a frappé la première fois que je suis venu ici. Et puis il y a les télécabines (baptisées au nom des vainqueurs). A chaque fois que tu es dedans, tu regardes tous les noms et les années. Dans trente ans, il y aura peut-être un jeune Français qui les regardera et verra mon nom. C'est plutôt sympa. Et puis, j'ai pratiquement toujours été bon à Kitzbühel. En 2006, j'ai marqué mes premiers points en Coupe du monde. En 2007 c'était mitigé: je sors le premier jour, le lendemain je finis 15e. En 2008, je gagne, en 2009 je suis second et cette année je l'emporte. Je pense que cette piste correspond bien au style technique des Français".

Q: Pensez-vous désormais aux Mondiaux le mois prochain ?
R: "Forcément j'ai ces Mondiaux dans un coin de ma tête. J'ai loupé deux titres à Val d'Isère (en 2009) qui me tendaient presque les bras. J'ai envie de prendre ma revanche. Maintenant je suis lucide car c'est une course d'un jour. Tu enfourches à la quatrième porte et c'est réglé. Il faudra saisir sa chance, le niveau est très dense. Il y a dix prétendants ou plus pour le titre selon le contexte de course. Mais il faut que je prenne les choses les unes après les autres. Je dois en particulier reconstruire en géant."

Xavier Richard @littletwitman