Golf Woods Tiger swing Masters d'Augusta 04 2010
Le N.1 mondial Tiger Woods | AFP - Timothy A. Clary

Woods, un divorce qui coûte cher

Publié le , modifié le

Depuis la divulgation de ses frasques extra-conjugales, Tiger Woods n'en finit plus de chuter. Outre son divorce, qui lui aurait coûté entre 100 et 500 millions de dollars selon les estimations de la presse, la perte de sa place de N.1 mondiale après un record de 281 semaines d'affilée, l'actuel N.2 mondial perd tour à tour ses sponsors. Le premier sportif à atteindre le milliard de dollars de revenus n'en a plus que deux principaux: Nike et EA Sports.

Après AT&T, Gatorade et Accenture, partis dans la foulée du scandale de ses infidélités conjugales voici un an, quinze jours après que Gilette ait annoncé la fin de sa compagne publicitaire "Gillette Champions" dans laquelle il était présent avec Thierry Henry ou Roger Federer, voici le plus ancien parraineur de Tiger Woods qui le lâche. Officiellement, les 13 années de collaboration entre le magazine Golf Digest et le golfeur sont arrêtées de manière "mutuelle". Si la relation n'était pas la plus rémunératrice pour l'ancien N.1 mondial (pas plus de 2 millions de dollars par an), elle est symbolique. Car le contrat liant les deux parties avait débuté en 1997, soit un an après les débuts professionnels du joueur et au lendemain de sa victoire dans le Masters, ce qui en fait le plus ancien parraineur avec Nike. "La réalité est que le contrat arrivait à terme à la fin de l'année", pondère Mark Steinberg, l'agent du Tigre. "Parce que nous sommes dans un monde numérique, ils avaient besoin qu'il consacre plus de temps. Il n'était pas prêt à le faire pour plein de raisons." Jusque-là, Woods avait une chronique à livrer chaque mois à la revue. La prochaine, et la dernière, sera dévoilée en février.

En juin dernier, le magazine américaine Sports Illustrated estimait que ses revenus de parrainage avaient baissé de 22 millions de dollars en un an. Nike et EA Sports lui restent fidèles, mais ce sont les deux derniers contrats très importants pour le golfeur. Si l'argent ne devrait pas lui causer plus de soucis que cela, Tiger Woods pâtit surtout de ses résultats sportifs. Le 1er novembre, il a perdu la tête du classement mondial, lui qui y avait passé 281 semaines consécutivement. Pire encore, pour la première fois en 14 années de carrière professionnelle, il termine l'année 2010 sans une seule victoire. Il a terminé seulement trois fois dans les dix premiers (en 15 tournois) et a même bouclé sa saison en perdant un tournoi au profit de sa fondation alors qu'il menait de 4 coups avant le dernier tour. Pour la première fois, il ne se qualifie pas pour la dernière manche des play-offs du circuit PGA. "On ne reste N.1 que si l'on gagne", dit-il. A sa place en haut de la hiérarchie, Lee Westwood, un homme qui n'a jamais gagné le moindre tournoi majeur dans sa carrière.

Après son passage en clinique pour soigner son "addiction sexuelle", après son divorce et la garde de ses enfants confiée à son ancienne compagne Elin Nordegren, après la perte de sa place de N.1 mondiale, Tiger Woods veut croire en de meilleurs lendemains. A 35 ans, il résume ainsi cette période: "Il y a un an, j'étais à terre, en colère, malheureux de la personne que j'étais, je faisais des choses que la morale réprouve. Mais je suis sorti du tunnel, je vois plus clair. Je sais qui je suis, où je veux aller. Ma vie a un équilibre désormais."