Jason Dufner
Jason Dufner | ANDREW REDINGTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Dufner d'acier

Publié le , modifié le

Jason Dufner a su rester solide pour remporter, à 36 ans, le premier Grand Chelem de sa carrière en s'imposant sur le parcours de Oak Hill de Rochester lors du Championnat PGA, dernier majeur de la saison. L'Américain a devancé de deux coups son compatriote Jim Furik, leader la veille. Tiger Woods est loin, très loin. Le n°1 mondial finit à 14 coups du vainqueur et n'a plus remporté de Grand Chelem lors de ses 18 dernières tentatives.

Jason Dufner était en état de grâce à Rochester. Dans le coups dès les premiers trous, il avait été tout simplement extraordinaire lors du 2e tour après avoir  rendu une carte record de 63 (7 sous le par), soit le meilleur score sur une  journée en Grand Chelem. C'était le 24e joueur à réaliser cette performance. Il  avait cependant dû céder à Jim Furyk la première place du classement après le  3e tour disputé samedi, en ne rendant qu'une carte de 71. Mais Dufner a su élever son niveau de jeu lors du dernier jour pour finalement s'imposer avec deux coups d'avance sur son compatriote. Insensible à la pression, lui qui n'avait pourtant gagné que deux titres sur le circuit américain jusqu'ici, Dufner rendait une dernière carte de 68 (soit 10 sous le par) pour s'adjuger la plus grande victoire de sa carrière.

Woods : encore raté !  

Dufner a relégué des pointures comme l'ancien N.1 mondial  et tenant du titre, l'Irlandais Rory McIlroy, à la 8e place (277) ou son  compatriote Phil Mickelson, récent vainqueur de l'Open de Grande-Bretagne à...  22 coups. Quant à Tiger Woods, il lui faudra attendre encore pour conquérir son 15e  Majeur: le N.1 mondial a fini à 14 coups du vainqueur, avec un total de 284,  synonyme de 40e place, égalant son plus mauvais résultat dans un tournoi du  Grand Chelem. Malgré son fait d'armes, Dufner est resté fidèle à lui-même: placide et  tout en retenue au moment de célébrer son triomphe, tout juste l'a-t-on vu  étreindre un peu fougueusement son épouse Amanda. "J'ai toujours rêver d'avoir un jour dans ma carrière l'occasion de me  retrouver dans cette situation: avoir un putt pour gagner un Grand Chelem. Mais  c'est difficile d'exprimer sa joie après un putt de 10 cm", a-t-il plaisanté.

Julien Lamotte

USPGA