Tiger Woods
Tiger Woods lors de sa victoire à Augusta | Mike Ehrmann / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Championnat PGA : Woods, le tigre repart en chasse

Publié le , modifié le

Vainqueur du Masters d'Augusta en avril dernier au terme d'un des plus beaux come backs de l'histoire du sport, Tiger Woods a retrouvé son appétit carnassier. L'Américain fait même figure de favori de l'USPGA qui débute ce jeudi et peut viser de nombreux objectifs : reprendre la place de numéro 1 mondial et se rapprocher toujours plus du record de Jack Nicklaus (18 titres du Grand Chelem).

Que l'on soit forgeron ou golfeur, il faut battre le fer pendant qu'il est chaud. Ceux de Tiger Woods sont de nouveau brûlants après avoir failli être rangés définitivement au placard. Alors qu'il avait sombré à la 1199e place mondiale en décembre 2017, et que, brisé par les blessures, il envisageait de mettre un terme à sa carrière, il ne lui manque plus, 18 mois plus tard, qu'une poignée de points pour remonter sur le trône de N.1 mondial où il a déjà passé 683 semaines. L'histoire est un éternel recommencement. 

Mais le phénix Woods, aussi renaissant soit-il, doit néanmoins ménager son plumage. A 43 ans, les articulations de l'Américain sont une mécanique aussi précise que fragile. Après son sacre à Augusta, le 14 avril, Woods a dû faire une pause pour retrouver de la fraîcheur, physique et mentale. C'est la nouvelle réalité d'un joueur qui a été opéré du dos à quatre reprises entre 2014 et 2017.

"Il y a des jours où j'ai une grande amplitude dans mon drive et des jours où ce n'est pas pas le cas, des jours où c'est douloureux et des jours où ce n'est pas le cas. Mais il y a plus de jours où je me sens vieux que jeune", a-t-il résumé. "Pour avoir les meilleures chances de gagner les épreuves à mon calendrier, il faut que je fasse des pauses plus longues et que je m'assure d'être d'être prêt pour donner le meilleur de moi-même", a poursuivi Woods.

Deux légendes dans le viseur

S'il devait s'imposer dimanche, Woods égalerait le record de succès sur le circuit professionnel américain (PGA) de son illustre compatriote Sam Snead (82 titres). Il pourrait surtout se rapprocher du record de 18 sacres en Grand Chelem de Jack Nicklaus, son modèle et mentor. "Si son corps tient le coup et s'il n'a pas d'autres problèmes, je pense que la probabilité qu'il batte mon record est très bonne", a estimé Nicklaus. "Il frappe la balle mieux qu'il ne l'a jamais fait", a-t-il insisté.

Woods disputera les deux premiers tours en compagnie de son compatriote Brooks Koepka et de l'Italien Francesco Molinari qui pourraient très bien être ses principaux rivaux cette semaine.  Koepka a remporté le Championnat PGA 2018, la dernière édition disputée en août avant le réaménagement du calendrier cette saison. Le N.3 mondial a la carrure et la puissance pour faire des merveilles sur le "Black Course" (parcours noir) de Bethpage. Molinari a terminé, lui, à la 5e place du Masters, après avoir craqué lors du 4e tour, mais le N.7 mondial a remporté le British Open 2018 et le prestigieux Arnold Palmer Invitational cette saison.

"C'est un parcours très long, cela va être encore plus difficile cette année à cause de la pluie et du froid. Il va falloir être costaud", a résumé Rory McIlroy. Le Nord-Irlandais est l'un des quatre joueurs, avec Tiger Woods, Brooks Koepka et l'Anglais Justin Rose qui peuvent déloger l'Américain Dustin Johnson de la première place mondiale. "Même si c'est toujours bien d'être N.1 mondial, ce n'est pas ça le plus important. Ce qui compte, c'est que je me sens fort sur un parcours qui me convient", a prévenu Johnson, dauphin de Woods à Augusta.

    

France tv sport francetvsport