Phil Mickelson
Phil Mickelson | DON EMMERT / AFP

L'US Open enfin pour Phil Mickelson ?

Publié le , modifié le

A six reprises déjà, Phil Mickelson a dû se satisfaire de la 2e place de l'US Open, mais l'Américain de 43 ans ne se décourage toujours pas avant l'édition 2014, qui débute ce jeudi à Pinehurst (Caroline du nord). En l'absence de Tiger Woods, convalescent après son opération au dos en mars qui l'avait déjà privé du Masters d'Augusta, le 2e tournoi du Grand Chelem de l'année a une foule de prétendants. Parmi eux, le nouveau N.1 mondial, l'Australien Adam Scott, l'Américain Bubba Watson, vainqueur du Masters 2014, le Nord-Irlandais Rory McIlroy, en plein renouveau, et l'inévitable Mickelson.

"Pour certains, j'ai été proche de remporter l'US Open six fois et je n'y  suis pas parvenu. Je n'ai pas la même vision des choses: j'ai terminé six fois  2e de l'US Open où j'ai joué le meilleur golf  de ma vie", a souligné le 11e  mondial. "Je sais que je vais avoir encore une et même plusieurs opportunités de  gagner cette épreuve dans le futur", a-t-il insisté. 

Alors qu'il pourrait se croire frappé d'une malédiction, Mickelson aborde  avec appétit et enthousiasme la semaine sur le parcours de Pinehurst où il  avait terminé 2e en 1999, derrière Payne Stewart, décédé dans un accident  d'avion quatre mois plus tard. "Je ne peux pas dire que cette série (de 2e places) ne m'affecte pas et  faire comme si cela n'était jamais arrivé", a concédé l'Américain, qui peut  devenir le cinquième joueur de l'histoire à remporter dans sa carrière les  quatre titres du Grand Chelem.

Mickelson change de prise

Si l'US Open se refuse à lui, Mickelson a remporté le Masters à trois  reprises (2004, 2006 et 2010), le PGA Championship en 2005 et le British Open  en 2013. "C'est la semaine que j'attends depuis le début de la saison, remporter ce  titre sera énorme pour moi, mais il ne faut pas que j'anticipe trop, sinon je  n'aurai aucune chance", a-t-il martelé. Mais 2014 n'est pour l'instant pas une grande cuvée pour Mickelson, qui ne  compte aucune place dans les 10 premiers sur le circuit PGA. 

L'Américain, décidé à prendre tous les risques, a opté pour un changement  de prise pour son putting, après avoir tenté l'expérience dimanche lors du 4e  tour de l'Open de Memphis, où il a terminé 11e. "Les greens sont très rapides ici. J'ai l'impression d'avoir un meilleur  contrôle de mes puts avec ce grip", a-t-il assuré. Ses rivaux les plus sérieux pourraient être ses compatriotes Bubba Watson  et Jordan Spieth. "La façon dont Bubba s'est imposé durant le Masters était juste  impressionnante", a concédé Mickelson. 

L'intéressé, 3e mondial, est toutefois très prudent: "L'US Open est une  épreuve particulière, un défi qu'on peut relever seulement une seule fois dans  l'année, car si on devait le disputer chaque semaine, on changerait tous de  job", a-t-il relevé. Du haut de ses 20 ans, Spieth n'a pas la même réserve, avant la 114e  édition de l'épreuve. "Je crois que je peux gagner le titre, je me sens bien sur ce parcours qui  convient bien à son style de jeu", a assuré le dauphin de Watson au Masters  2014, 10e au classement mondial.

AFP