Tiger Woods lors de la Ryder Cup 2018
Tiger Woods lors de la Ryder Cup 2018 | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Ryder Cup : Tiger Woods, une légende au ralenti

Publié le

Absent des deux dernières éditions, Tiger Woods a raté son grand retour en Ryder Cup. Associé à Patrick Reed, l'Américain a connu une première journée difficile et concédé le point face aux Européens Molinari et Fleetwood.

La routine. Certains diront de l’arrogance. D’autres sa « poker face » habituelle. Imperturbable au pied de l’immense tribune du N.1, Tiger Woods savoure intérieurement son retour au plus haut niveau. Malgré la froideur du golfeur, le public salue à sa manière la présence du « Tigre » dans l’équipe américaine. Avec quelques applaudissements quand les autres joueurs de l’Oncle Sam ont été copieusement hués, notamment son coéquipier texan Patrick « Captain America » Reed. La légende Woods bénéfice d’une certaine indulgence au regard de ce qu’il apporte au golf depuis tant d’années. 

"Poker face" au départ

Aussi étrange que cela puisse paraître, la Ryder Cup ne réussit guère à l’homme aux 14 Majeurs remportés. Sur 33 matches disputés, Woods affiche un bilan négatif (13v, 17d, 3 n). « C’est sûr que quand je regarde mon passé en Ryder Cup, ce n’est pas une chose qui fait plaisir ou à laquelle j'aime penser », avouait-il mardi en conférence de presse. Pas de quoi casser sa confiance inébranlable. 8h50. Au moment de poser sa balle sur le tee, une grande première sur une partie professionnelle en France, Woods ne tremble pas. Concentré à l’extrême, il attaque le fairway avec une courte marge sur le bassin. Un premier trou assuré mais la partie s’annonce serrée face à Francesco Molinari et Tommy Fleetwood. L’Italien, face à qui il a marqué son dernier point en Ryder Cup (en 2010), l’a très souvent embêté.

Dans l'eau au 17

Au loin, les clameurs montent des autres parties. Les Européens Jon Rahm et Justin Rose enflamment les spectateurs. Avec Woods et Reed pas d’effusion. En difficulté sur ses mises en jeu comme au putting, le 13e mondial limite la casse. Pas de quoi faire lever la foule comme sur le Tour Championship dimanche dernier. Malgré un bon passage entre le 7 et le 10, la paire américaine ne décolle pas. Ça grimace, ça discute. Survolté, Molinari remet lui les deux équipes à égalité au trou N.12 avant de laisser Fleetwood planter deux autres birdies avec les dents (15 et 16). Le début de la fin pour Woods, balle dans l’eau au 17 et 9e défaite en fourballs, un triste record partagé avec Nick Faldo.

Xavier Richard @littletwitman