Ryder Cup 2018

Ryder Cup – Le golf français peut-il prendre la vague ?

Publié le , modifié le

La Ryder Cup, qui se dispute en fin de semaine sur le parcours du Golf National de Guyancourt, va rassembler les meilleurs joueurs américains face aux meilleurs Européens. Mais il n’y aura aucun Français. Cet événement exceptionnel, qui se dispute pour la 2e fois de son histoire hors des îles britanniques lorsque l’Europe l’organise, peut-il être une rampe de lancement pour le golf tricolore ? Les dirigeants français veulent le croire. Avec deux autres événements majeurs dans les six ans à venir.

« Depuis 7 ans, notre investissement est sans relâche pour faire de cette Ryder Cup un levier du développement de notre sport. » Jean-Lou Charon, le président de la Fédération française de golf, affiche sa confiance. En parvenant à décrocher l’organisation de la Ryder Cup, la FFG a gagné le droit de rêver. L’écrin de cette compétition est sans égal. « Elle va jouer un rôle d’accélérateur. Et elle l’a déjà fait ».

En effet, après avoir obtenu le précieux sésame, la Fédération a fait son entrée à l’école, via le « carnet golf », 100 nouvelles structures ont été créées en France, un nombre de pratiquants en augmentation… Les meilleurs de la planète sur le parcours de l’Albatros, c’est une publicité incomparable. « Avec le carnet golf, 47 000 élèves de CM1 et CM2 ont découvert ce sport », note Pascal Grizot, le président de la Commission Ryder Cup France 2018, et vice-président de la FFG. Avec des structures plus petites, le golf français a séduit des pratiquants : ils seraient 800 000.

Jim Furyk et Thomas Bjorn "au départ" de la Tour Eiffel
Jim Furyk et Thomas Bjorn "au départ" de la Tour Eiffel © SIPA - Francois Mori

Une ouverture au grand public

Mais cela ne donne pas forcément des licenciés : ils étaient 410 261 en 2017, dont 80 000 délivrés par des petits golfs (golfs de 9 trous, pitch & putt…) entre 2009 et 2018. « On repart à la hausse depuis 2016 », se félicite Christophe Muniesa, le Directeur technique national qui souligne les reculs vécus dans d’autres pays européens pour cette discipline, et dans d’autres sports en France. « Sans l’effet Ryder Cup, le golf aurait connu un recul identique à d’autres nations », ajoute-t-il. Pour exemple, le Golf National, lieu de la Ryder Cup, a enregistré trois fois plus de green fees pour les touristes étrangers ces deux dernières années.

« Les gens jouent différemment, avec une pratique moins intensive », souligne Christophe Muniesa, le Directeur technique national. « On a un développement quantitatif de notre discipline, avec une dimension conviviale fondamentale, et l’avantage de pouvoir progresser à tout âge. » Pour s'ouvrir un peu plus, la FFG a mis en place plusieurs animations. En 2017, les deux capitaines, Jim Furyk (USA) et Thomas Bjorn (Europe) ont tapé une balle depuis la Tour Eiffel. Depuis 2013, l'opération "Swing au Troca" permet de s'initier au golf au Trocadéro. Depuis près de 10 jous, les Champs-Elysées sont habillés de 277 flammes de 4.20 de haut aux couleurs de la compétition. Depuis cinq jours, le Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris accueille un village d'animations pour s'essayer au golf... Il y a aussi la Junior Ryder Cup, réservée aux moins de 18 ans, à laquelle ont assisté 6 000 élèves hier et aujourd'hui à Disneyland.

Golfer face au château de Versailles, c'est possible pendant cinq jours
Golfer face au château de Versailles, c'est possible pendant cinq jours © DR

Après la Ryder, les Mondiaux amateurs et les JO à Paris

Avec une moyenne de 51 000 spectateurs par jour pendant les trois journées de la Ryder Cup, le Golf National doit être un écrin d’ampleur pour mettre en lumière ce sport. Sans golfeur français sur le parcours. « Avec ou sans Français, l’impact de la Ryder Cup avec Tiger Woods sera très important », assure Christophe Muniesa. Pour « ne pas laisser le soufflé retomber », dixit Pascal Grizot, la France a gagné l’organisation des championnats du monde amateur, en 2022. Deux ans avant les Jeux Olympiques à Paris, avec le golf qui fêtera sa 3e participation après son retour en 2016 à Rio.