Open de France Golf
L'Alstom Open de France 2013 débute ce jeudi. | Alstom Open de France

Un plateau alléchant à l'Open de France

Publié le , modifié le

Qui succèdera à Marcel Siem, vainqueur l'an passé ? En dépit du forfait de Lee Westwood, l'édition 2013 de l'Open de France promet un beau spectacle, avec trois millions d'euros de gains à la clé. Seront notamment présents à Guyancourt dans les Yvelines, 23 joueurs français, dont Thomas Levet vainqueur en 2011, ainsi que sept golfeurs ayant participé à la dernière édition de la Ryder Cup en 2012, comme l'ancien numéro un mondial Luke Donald.

C'est sur le site de Guyancourt qu'aura lieu la Ryder Cup en 2018. L'ambiance de cette compétition est pourtant déjà présente sur le green de l'Open de France. Pas moins de sept participants à l'édition précédente qui s'était déroulée près de Chicago seront sur le Golf National pour cette 97e édition. Le mieux classé parmi eux est l'américain Matt Kuchar, classé à la cinquième position du classement mondial. Il a remporté deux épreuves sur le PGA Tour cette saison. Derrière lui arrive dans un bon état de forme l'anglais Luke Donald, ancien numéro un mondial, actuellement 8e et fort d'une honorable 8e place à l'US Open il y a trois semaines. Le Nord-Irlandais Graeme McDowell, 9e mondial, sera lui aussi de la partie. Il est dans un esprit revanchard pour sa septième participation à l'épreuve, après un cut manqué lors de l'Irish Open la semaine dernière. Il tentera de faire mieux que sa dix-septième place de l'année passée, son meilleur classement jusqu'à maintenant. "J’ai toujours aimé le finish excitant de l'Albatros. C’est un vrai stade de golf qui sera fantastique pour la Ryder Cup 2018. C’est un parcours qui requiert beaucoup de précision du tee de départ. Il convient à mon jeu", analyse ce dernier.

Poulter en possible vainqueur ?

Deuxième en 2006 et en 2008, puis quatrième en 2012, l'anglais Ian Poulter a toutes ses chances de remporter cette édition. Il n'a jamais raté le cut dans le tournoi. Il s'est relaxé dimanche à Silverstone pour la course de Formule 1 et lundi à Wimbledon. Malgré une année 2013 en demi-teinte, tout le monde se souvient qu'il est resté invaincu à Medinah en leader de l'équipe européenne qu'il était. Il devra aussi se méfier du vainqueur en 2009 et autre ex-numéro un mondial, l'allemand Martin Kraymer, qui vient de prendre la quatrième place du BMW International Open, ainsi que du jeune Matteo Manassero, âgé de vingt ans et déjà trois tournois EPGA à son palmarès. "Au Golf National, chaque trou a sa particularité. Chaque trou vous oblige à élever votre niveau de jeu car sinon, c'est la punition assurée", admet l'Italien. Francesco Molinari, 2e lors des deux dernières éditions, sera aussi un concurrent redoutable pour la victoire finale, malgré sa 42e place mondiale. Lors de la dernière édition, il avait réalisé un deuxième tour quasi parfait avec neuf birdies et un double bogey pour finir à seulement un coup du vainqueur Marcel Siem. 

23 français au départ

Aucun golfeur français ne souhaite manquer cet événement majeur. Il seront plus d'une vingtaine à batailler avec les favoris et certains d'entre eux espèrent tirer leur épingle du jeu en franchissant le cut. Thomas Levet, vainqueur il y a deux ans mais décevant en 2013, Raphaël Jacquelin, troisième l'année passée, ou encore l'amateur mais promis à un avenir radieux Julien Brun, ils sont quelques-uns à pouvoir espérer jouer les troubles fêtes. Il faudra suivre aussi Grégory Havret, qui a terminé à cinq reprises dans le top 25 sur les six derniers tournois auxquels il a participé, ainsi que Grégory Bourdy, qualifié pour le British Open dans deux semaines. ""Pour nous Français, il y aura évidemment plus de pression et davantage de sollicitations de la part du public et des médias", résume Jacquelin.

 

Adrien Debargue

Open de France de Golf