Tiger Woods
Tiger Woods | AFP - ANDY LYONS

Els pour le triplé, Woods pour la gloire

Publié le , modifié le

Le Sud-Africain Ernie Els, vainqueur de son deuxième Open britannique en 2012 dix ans après le premier, vise un triplé à partir de jeudi, sur le parcours de Muirfield où l'Américain Tiger Woods, N.1 mondial, espère trouver enfin la clé pour gagner son 15e tournoi du Grand Chelem.

"Je vais bien et mon épaule gauche aussi", a assuré Woods à propos de la  blessure qui l'avait gêné au dernier US Open (une piteuse 32e place) et empêché  de jouer en compétition depuis un mois. A la recherche de son premier succès majeur depuis l'US Open 2008, le  "Tigre" s'est déclaré satisfait de son jeu et confiant dans sa capacité à  s'imposer pour la 4e fois au "British" après ses succès en 2000, 2005 et 2006. "Je sens bien mon jeu et j'ai connu jusqu'ici une année plutôt bonne avec  quatre tournois gagnés. Même si je n'ai pas remporté de +major+, j'ai toujours  répondu présent quand l'occasion se présentait. Il ne me reste plus qu'à me  concentrer davantage et ça finira par arriver", a ajouté le champion de 37 ans,  qui continue à prendre des antidouleurs pour soigner son épaule gauche. Le soleil de ces deux dernières semaines a rendu les fairways très secs et  la balle risque d'être très rapide avec, comme sur les parcours en côte, un  vent imprévisible. "Muirfield est l'un des parcours le plus difficile en Ecosse (...) Et s'il  y a du vent, il faudra être très prudent dans ses approches", a déjà prévu  Tiger Woods qui y avait vécu un cauchemar en 2002 (une carte de 81 après un  orage).

32 ans, le bon âge

C'est justement cette année-là qu'Ernie Els avait enlevé son premier  "British", son troisième trophée majeur après l'US Open 1994 et 1997, avant une  traversée de désert de dix ans. Puis en 2012, le Sud-Africain alors âgé de 43  ans avait remonté quatre coups de retard à autant de trous de la fin, pour  coiffer sur le poteau Adam Scott qui craqua avec quatre bogeys sur les quatre  derniers trous! Mais cette désillusion n'a pas empêché l'Australien d'enlever son premier  "majeur", neuf mois plus tard, au Masters d'Augusta, à 32 ans. Et c'est aussi  au même âge que l'Anglais Justin Rose est entré dans le club des vainqueurs du  Grand Chelem, le mois dernier à l'US Open. 

Et comme le "Bristish" est le seul des quatre tournois majeurs à n'avoir  pas couronné un joueur du Top 10 au cours des cinq dernières années, Brandt  Snedeker et Gonzalo Fernandez-Castano, tous deux âgés de 32 ans, peuvent donc  nourrir de grands espoirs. A moins que Rory McIlroy, N.2 mondial, ne parvienne  enfin à dompter ses nouveaux matériels. Le Nord-Irlandais, vainqueur de l'US Open 2011 et du Championnat PGA 2012,  a connu une année 2013 indigne de son talent avec des éliminations à Abou Dhabi  et en Irlande. A surveiller aussi le "vieux" Phil Mickelson, 43 ans, vainqueur dimanche  dernier en Ecosse, et Graeme McDowell, 33 ans et "roi" de France il y a deux  semaines.

AFP

British Open