Gautier Capuçon : "J'admire l'artiste Roger Federer qui est hallucinant !"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Nelson Monfort
Gautier Capuçon
Le violoncelliste Gautier Capuçon | MaxPPP - Daniel Fouray

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Habitué à parcourir le monde, le célèbre violoncelliste Gautier Capuçon a eu le temps de se poser pendant la période de confinement. A cette occasion, le musicien se confie à Nelson Monfort. Il lui livre son actualité, ses projets, mais également son amour du tennis et son admiration pour un certain Roger Federer... Entretien.

Comme s'est passé le confinement ?
Gautier Capuçon : "C'était assez positif. Moi qui suis un grand voyageur, cela fait du bien de se retrouver en famille. Le matin, je me levais tôt pour aller faire du sport et croiser le moins de monde possible. Ensuite, je me transformais en professeur d'école pour mes enfants. L'après-midi, était dédié aux disciplines artistiques. De la danse pour ma fille aînée, du violon et du violoncelle pour moi. Il m'arrivait aussi de poster des morceaux de musique de manière quotidienne sur les réseaux sociaux."

Êtes-vous passionné de photo ?
GC : "La photographie n'est pas une passion en soit. Mais, lors de mon jogging,  je prenais des photos du paysage. C'était beau de voir des couleurs différentes à la même heure, suivant le ciel, les nuages, la Tour Eiffel. Un matin, j'ai vu la Seine immaculée, on aurait dit qu'elle sortait d'une peinture ! La photographie et la musique sont une histoire de partage, c'est le regard porté sur un paysage."

Qu'est-ce qui vous a donné envie de réaliser ces vidéos ?
GC : "J'étais rentré d'une tournée américaine annulée. Je me suis retrouvé chez moi, avec mon violoncelle. Comme un peintre ou un écrivain, j'ai eu besoin de m'exprimer, je ne savais pas comment faire avec des mots. Alors, j'ai pris mon violoncelle et j'ai joué le prélude de la première suite de Bach. Quelque part, c'est la bible des violoncellistes. Jour après jour,  je tournais les pages que je diffusais sur les réseaux. Les retours m'ont tellement touché. Ce bonheur quotidien qu'apporte la musique, parfois la tristesse, parfois la joie, ou le deuil. Ce rendez-vous quotidien m'a beaucoup apporté. Ce lien émotionnel me manque depuis lundi !"

Vous êtes l'auteur de la "symphonie pour la vie", comment avez-vous eu l'idée ?
GC : "Je suis très heureux de ce projet ! C'est un collectif d'artiste solidaire. On y retrouve, Plantu qui a fait la couverture de l'album, Stéphane Bern, Franck Ferrand ainsi que tous ces musiciens merveilleux. L'objectif est de se retrouver autour d'une même cause, en soutien aux soignants. Les bénéfices de cet album seront versés aux hôpitaux de Paris et de France. Les conditions d'enregistrement étaient complètement inédites. J'ai vraiment redécouvert le partage de la musique."

Quels sont les événements de sport qui vous manque ?
GC : "C'est une vraie déception que Roland Garros soit reporté dans si longtemps. Le tennis est un sport que j'aime par-dessus tout. J'ai vu des matchs extraordinaires à Roland Garros. J'admire l'artiste Roger Federer qui est hallucinant ! Il a une élégance, avec un seul geste. Étant Savoyard, je suis passionné de ski aussi. Je passe toutes mes vacances d'hiver sur des skis."

Que pensez-vous du parallèle à faire entre la reprise des tennisman avec les concerts ?
GC : "Le premier signe était le report du Tour de France ensuite celui de Roland Garros. J'espère que ces dates de reports marqueront le redémarrage des activités sportives et culturelles. On espère reprendre le chemin de la scène ainsi que le contact avec le public."

Que pensez-vous du huis clos ?
GC : "Pour l'instant, internet est la seule manière de partager la musique et l'offrir au public. Mais rien ne remplacera l'énergie que l'on peut ressentir sur scène. On est porté par le public ! La scène me manque terriblement."

"Une symphonie pour la vie"

Nelson Monfort n_monfort