Richard Gasquet
Le joueur français Richard Gasquet | AFP - PATRICK KOVARIK

Gasquet, une entrée sans forcer

Publié le , modifié le

Le numéro 2 français, Richard Gasquet, a imité Jo-Wilfried Tsonga et Julien Benneteau en se qualifiant pour le second tour des Internationaux de France. Le Biterrois s'est promené sur le court Suzanne Lenglen en s'imposant en trois sets (6-1, 6-4, 6-3) et 1h31 de jeu face à l'Ukrainien Sergiy Stakhovsky. Désireux de bien faire devant le public français, il a évité le piège face à un adversaire qui l'avait déjà dominé par le passé.

Richard Gasquet a envie de réaliser une belle quinzaine. "C'est le tournoi le plus important de l'année pour moi. Je me suis bien préparé, j'ai beaucoup travaillé mon physique. Cette année, ça peut me réussir". L'objectif avoué est d'enfin passer ce satané obstacle des 8e de finale où il échoue depuis deux ans. Pour son entrée en lice, il savait qu'il devait se méfier de son adversaire, l'Ukrainien Sergiy Stakhovsky, 101e mondial qui l'avait déjà dominé à Toronto en 2010. "Attentif", il l'a été. Dès l'entame, puisque le Français a rapidement mené 4-0 avant d'empocher la première manche 6-1 en 28 minutes.

Il a à peine mis plus de temps pour remporter chacune des deux suivantes, malgré une plus grande résistance de l'Ukrainien. Plus coriace, il a fini par craquer devant le talent du Français qui a breaké à 4-4 sur sa seule opportunité de la deuxième manche. Régalant toujours en revers où à la volée où il est venu conclure à de nombreuses reprises (21 points sur 27), la tête de série n°7 a pourtant laissé échapper l'occasion de terminer sur son service à 5-2 dans la troisième. Avant de se reprendre et de conclure sur le service adverse.

Le coup du téléphone

Cette rencontre a d'abord débuté par un quiproquo. Une scène cocasse dont Sergiy Stakhovski a le secret. L'Ukrainien a pris son téléphone pour voir la marque laissée par la balle de Richard Gasquet. A 2-0 dans la première manche, la rencontre était encore loin de connaître son épilogue, mais l’Ukrainien a tenté de désarçonner le Français. Raté vu la performance de la tête de série n°7. « C'est sûr, on n'a pas l'habitude de voir ce genre de chose. Moi, j'étais quasi certain que c'était sur la ligne. Enfin, je n'étais pas trop sûr, peut-être à côté, peut-être dehors... C'était vraiment tout juste ! ». Gasquet l’avoue, il a été gêné mais pas au point de réduire à néant son bon début de match. L’épisode l’a en tout cas fait sourire. « Quand on mène 2-0, c'est plus simple pour toi, dans ce cas-là, on peut rire un peu de ce genre de chose ».

« Il est intelligent mais… »

Face à un adversaire qu’il avait déjà affronté 3 fois (2 victoires, 1 défaite), le Français a quand même été surpris. Pas par le jeu de son adversaire, mais plus par son comportement. « Il est vraiment bizarre. Il est intelligent, mais... », a-t-il déclaré en conférence de presse. Battu à Toronto en 2010 par cet Ukrainien, il savait que la musique serait différente sur l’ocre parisien. « Ca reste un joueur dangereux » a-t-il tempéré, tout en assurant que c’est un « joueur plus fort sur rapide ».
Le piège du premier tour, toujours compliqué pour les Français, a donc été évité. « Il faut être très concentré, être fort », selon lui. Plus jeune, il avait même pris la porte dès son entrée en lice lors de ses trois premiers Roland. De l’histoire ancienne pour celui qui, depuis deux ans, a atteint les 8e de finale.

« Je joue bien »

A 27 ans, il assure qu’il lui « reste pas mal d’années ». Pourtant, cette saison pourrait être la sienne. Lui-même le reconnaît. « Je sens que je joue bien. Je suis content d'être ici (…) J’ai envie de bien faire ». Parfois pris par l’enjeu dans ses premières années, il a désormais le recul, « l’expérience » et la « maturité par rapport à l’évènement ». Suffisant « pour faire un beau tournoi » ? L’envie est là en tout cas et l’entrée en matière inaugure de belles choses.

Vidéo: la victoire de Gasquet

Voir la video

Vidéo : la réaction de Gasquet après sa victoire

Voir la video

Vidéo insolite: Stakhovsky prend une photo sur le court

Voir la video