Gasquet et Djokovic
Richard Gasquet n'a jamais été en mesure d'inquiéter Novak Djokovic | AFP - Miguel Medina

Gasquet: "Pris à la gorge dès le retour"

Publié le , modifié le

Malgré une prestation très honorable, Richard Gasquet n'a rien pu faire contre l'insatiable Novak Djokovic. "Il tape super bien la balle, il a un retour monstrueux, il joue très bien, il joue tôt et il n'a aucun point faible", constate le Biterrois, qui se déclare "content" de son tournoi. "J'ai battu 3 bons joueurs. Je suis 8ème de finale ici. C’est un beau résultat pour moi. Il faut que je continue".

- Quelles sont vos premières impressions à chaud ?
- "Déjà, il joue vite. Il tape à plat, il met sous pression avec son retour, j’avais beaucoup moins de jus qu’il y a deux jours, j’ai laissé un peu d’énergie sur les deux derniers matchs. C’est difficile parce qu’il tape vraiment très très fort, très très vite, sa balle est très rapide, ça te laisse très peu de temps pour t'organiser, c'est très difficile."

- Vous avez eu beaucoup de problèmes sur ses jeux de service...
- "Le court est très rapide. Il y avait des balles qui giclaient beaucoup, qui sont étonnantes, cela part tout seul. Ce sont des balles assez bizarres. Mais il la contrôle bien. Il tape très tôt. Voilà, j'ai laissé un peu d'énergie aux 2 derniers matches. Ca fait que tu es toujours un peu moins frais. Encore une fois, il tape super bien la balle, il a un retour monstrueux, il joue très bien, il joue tôt et il n'a aucun point faible."

- Qu’est-ce qui vous impressionne particulièrement depuis Indian Wells ?
- "Il reste comme ça. Je suis resté un peu avec lui pendant un set, il ne baisse pas. Pour le battre, il faut un match parfait, ne pas faire d'erreur, taper fort, c'est très difficile. Il ne te laisse aucun répit. La balle est toujours bien tapée. Le revers est toujours monstrueux. C'est difficile."

- Vous dites qu'il faut faire le match parfait pour le battre mais si vous aviez des conseils plus spécifiques à donner à son prochain adversaire, ce serait quoi ?
- "Faire un grand match, bien servir, tout faire parfaitement. Il n'a pas de point faibles. Jouer comme Nadal : taper très très fort, courir partout... Il y a très très peu de mecs qui peuvent le battre aujourd’hui. Il faut vraiment jouer un grand tennis. Il te pousse à chaque fois c'est dur ; dès le retour, il retourne incroyable, il sert bien. C'est pour ça qu'aujourd’hui il n'a pas perdu un match. Il a une qualité de retour et de service assez énorme."

- Quel regret avez-vous ?
- "Le regret d'arriver déjà un peu plus fatigué qu'il y a quelques jours. Après, il joue très bien. Quoi qu'il arrive, c’est très dur, il tape extrêmement bien la balle… Juste un peu d'avoir manqué d'énergie. J'aurais pu mieux faire. A part ça, pas de regret car les joueurs que j'ai battus étaient très difficiles à battre. Ce qu'il arrive d'incroyable à faire c’est que même en jouant il se fatigue moins que les autres parce qu'il prend la balle tôt. Il est physiquement incroyable aujourd’hui. Il prend la balle tôt, perd peu de sets. Il perd très très peu d'énergie sur tous ses matches."

- Que retirez-vous de positif de votre semaine?
- "Je suis content de mon tournoi. J'ai battu 3 bons joueurs. Je suis 8ème de finale ici. C’est un beau résultat pour moi. Je me suis régalé sur les courts sur lesquels j'ai joué, avec beaucoup de public à chaque fois. Super match. Je suis très heureux de mon tournoi. Tennistiquement, j'ai fait des trucs intéressants, c’est bien pour la suite. Je trouve que je progresse vraiment pas mal. Il faut que je continue."

- Par rapport à ce que vous deviez faire avant le match tactiquement, qu'est-ce qu'il vous a empêché de faire?
- "Il ne te laisse pas faire, il te laisse très peu de temps. Il ne laisse pas de temps pour jouer, sa balle est toujours bien tapée, toujours à plat, toujours longue. Dès le retour tu es pris à la gorge. C'est ce qui est difficile. Même en revers, je n'ai pas le temps... Pour s'organiser, c'est dur avec lui, c'est là où tu sens que c'est difficile. Même Nadal a des problèmes. C'est vraiment là-dessus : pour organiser son jeu, c’est dur."