Richard Gasquet
La rage de Richard Gasquet | AFP - MARTIN BUREAU

Gasquet en 8e de finale en fanfare

Publié le , modifié le

En réalisant un match plein, Richard Gasquet (N.7) a nettement dominé 6-4, 6-4, 6-3 Nikolay Davydenko au 3e tour de Roland-Garros. Pour la troisième fois de sa carrière et la troisième de suite, il accède ainsi au 8e de finale du tournoi parisien, ce qui représente également sa 6e qualification consécutive à ce niveau en Grand Chelem, et la 16e dans sa carrière. Le Biterrois arrive surtout sans avoir perdu le moindre set. Son prochain adversaire sera le Suisse Wawrinka (N.9), vainqueur du Polonais Janowicz (N.21) 6-3, 6-7 (2/7), 6-3, 6-3.

Le "petit Mozart" a donné une leçon au Tsar. Richard Gasquet, pour son 7e affrontement avec Nikolay Davydenko, n'en a fait qu'une bouchée. Bien sûr, il a connu quelques fausses notes, mais dans l'ensemble, la partition a été royalement jouée, parfaitement tenue, pour s'ouvrir les portes des 8e de finale sans avoir concédé une seule manche depuis le début de la semaine. En grande confiance, sans avoir dépensé trop d'énergie, il pourrait bien enfin voir les quarts de finale à Roland-Garros, niveau qu'il n'a jamais atteint jusque-là. "Encore une fois un 8e, trois fois à Roland Garros. Cela fait 8 fois sur les 9 derniers Grand Chelem, ce serait bien d'aller plus loin", annonce le Français.

Pour aller pour la sixième fois de suite en 8e de finale d'un tournoi du Grand Chelem, le Biterrois a d'abord compté sur son jeu. Bien en place, en confiance, distillant ses revers et surtout ses accélérations de coup droit, il a maîtrisé la rencontre. Cela s'est révélé d'autant plus facile que le Russe n'est plus l'homme qui pointait au 3e rang mondial en 2006, le premier des rivaux du duo Federer-Nadal. A 31 ans, le 48e mondial restait sur quatre défaites de suite au 1er tour au moment d'arriver à Paris. Et sur terre, cette année, il n'a remporté que quatre rencontres, pas une de plus. Il aurait bien aimé en ajouter une cinquième, mais il a commis bien trop de fautes (38 fautes directes, 36 fautes provoquées contre respectivement 18 et 29 pour le Français), n'a jamais réussi à imposer son rythme, basé sur une prise de balle très précoce. Cela aurait été d'autant plus agréable pour lui que cela aurait correspondu à une revanche sur le Français, qui l'a dominé à Doha en janvier dernier. Mais il n'en fut rien.

Gasquet exulte avec le 2e set en poche

Tout s'est bien passé pour le protégé de Sébastien Grosjean et de Riccardo Piatti. Le premier set, il l'a empoché en réalisant le break (pour la 2e fois) au meilleur des moments, lorsqu'il menait (5-4), sur sa troisième balle de break après 45 minutes. Dans le deuxième set, tout allait encore mieux, puisqu'il menait 3-0 très rapidement. C'est alors que le jeu devait s'interrompre, la sonorisation du Lenglen délivrant le son du Central et du match entre Nadal et Fognini. Davydenko patientait une poignée de minutes, avec le sourire, avant de tenter de revenir. Mais rien ne lui souriait. A 5-2, sur son service, et sur sa deuxième balle pour revenir à (5-3), il voyait même un passing-shot de Gasquet finir sur la ligne, alors que le Français jouait depuis trois échanges avec une corde cassée. Le Biterrois se procurait même une balle de set dans ce jeu, effacée par un second service sur le T exceptionnel. Et le Russe restait dans la course (5-3), profitant d'un adversaire qui reculait imperceptiblement de plus en plus loin de sa ligne de fond de court. Et du coup, avec sa technique toujours impeccable, Davydenko usait et abusait des amorties, mettant le Français en difficultés, et débreakant sur l'une d'elles pour recoller à (5-4).

La pression était forte, le public le ressentait, apportant son soutien bruyant à son favori. Et après avoir effacé une balle d'égalisation à (5-5), sur sa deuxième balle de break, synonyme de balle de set, il faisait monter la température de plusieurs degrés. Un passing de revers, une volée amortie du Russe, mais le Français courait pour, à mi-court, passer en coup droit, et Davydenko ne parvenait pas à contrôler sa volée qui finissait dans le couloir. Un point spectaculaire, une explosion de joie du public debout, et un Richard Gasquet exultant, frappant son poing dans l'air vers cette terre qui lui souriait enfin. L'image est forte, révélatrice du nouvel état d'esprit qui anime le joueur français depuis plusieurs mois. Surtout, il se savait sorti d'un pas qui aurait pu être mauvais. Et il avait conscience d'avoir frappé l'esprit de son adversaire. La ola faisait vibrer le Lenglen.

Une confiance inégalée en 8e

Toujours aussi accroché, le troisième set se jouait, comme les deux autres, à la fin. A 4-3 pour la tête de série N.7, alors qu'il venait de sauver une balle de break en glissant une énième amortie avec son revers, Nikolay Davydenko faisait deux fautes consécutives en coup droit, offrant sur un plateau un avantage à son rival (5-3). L'occasion était trop belle pour la laisser passer, et Richard Gasquet, sur une nouvelle faute adverse (il aura commis 38 fautes directes contre 19 à "Richie"), pouvait lever les bras au ciel. Pour la troisième année de suite, il verra la deuxième semaine à Roland-Garros. Vainqueur des tournois de Doha et Montpellier, 8e de finaliste en Australie, demi-finaliste à Miami, quart de finaliste à Monte-Carlo, le N.2 français n'est sans doute jamais arrivé avec une telle confiance à ce stade d'un Grand Chelem. Et pour aller en quarts de finale, ce qu'il n'a fait qu'une fois dans sa carrière à Wimbledon (demi-finale 2007), cela peut compter énormément.

En face de lui, il ne trouvera pas un homme injouable. Ce sera en effet Stanislas Wawrinka, qu'il n'a joué qu'une fois (en 2006) pour une victoire. "C'est un joueur difficile sur terre battue", reconnaît le Français. "Cela va être dur, mais il y a de quoi faire un gros match et aller vers les quarts de finale. À moi d'avancer, de faire les points, d’essayer de jouer un bon jeu, d'aller vers l'avant, de moins attendre la faute et de faire un grand match." Attention, Richard Gasquet est en récital.

Vidéo: les derniers points victorieux de Gasquet

Voir la video

Vidéo: Gasquet satisfait de son match

Voir la video