Richard Gasquet
Richard Gasquet | AFP - VALERY HACHE

Gasquet: "Beaucoup de plaisir"

Publié le , modifié le

Revenu dans le Top20, de nouveau capable de battre les tout meilleurs comme Federer à Rome, Richard Gasquet a retrouvé le sourire. "J'essaie de me faire plus plaisir, de donner tout ce que je peux à l'entraînement ou en match. Il y a beaucoup de plaisir", avoue-t-il. Pour débuter Roland-Garros, il devra se défaire de Radek Stepanek, un joueur qui "a beaucoup de talent" et qui "est très compliqué à jouer".

- Que vous inspire votre premier tour ?
- "C'est difficile, c'est un des tours les plus difficiles du tournoi. Stepanek a de l'expérience, il sait comment jouer les tournois de Grand Chelem. C'est un grand joueur. Il a beaucoup de talent et il est très compliqué à jouer."

- Etes-vous déçu ?
- "Non. Tout va bien. Je n'ai pas de souci particulier. Je suis très motivé pour faire un beau tournoi. Je suis content d'aller jouer à Roland-Garros. Y a quand même pire !"

- Pourtant à Roland-Garros, vous allez être très attendu...
- "D'autres le sont aussi. C'est la loi du milieu. Roland-Garros, c'est particulier mais j'essaie de ne pas me mettre plus de pression que cela. J'ai une envie de bien faire, c'est légitime. Ce sera un match difficile. Je suis prêt à donner le meilleur de moi-même."

- Avec quels objectifs ?
- Je n'ai pas d'objectif particulier si ce n'est de faire de grands matches. L'an passé, j'avais perdu contre Murray (au premier tour) mais cela avait été un grand match, c'est ce que je recherche. Je veux bien jouer, avoir du public, me sentir bien sur le court. S'il y a défaite, il y aura défaite."

- Et dans quel état d'esprit ?
- "Je vais prendre cela avec plus de détachement. Je vais essayer d'y aller avec plaisir, comme à Rome où j'ai bien joué (demi-finale). J'ai envie de gagner des matches, de continuer, de donner 100% de ce que je peux."

- Est-ce un nouvel état d'esprit après votre suspension d'il y a deux ans ?
- "C'est sûr que j'ai eu un truc difficile y a deux ans. Je reviens. Petit à petit, je reviens bien. On peut qualifier ça de seconde vie. C'est possible. en tout cas je suis content d'être là où je suis, au niveau où je suis."

- Avez-vous enfin digéré cet épisode ?
- "Tout ça a été difficile à vivre, dur à digérer mais là maintenant que ça commence à être fait, j'arrive à beaucoup mieux jouer. J'ai récupéré de beaucoup de choses. Le temps passe, c'est important. Je me suis accroché et là, ces mois derniers, les victoires sont bien revenues."

- Qu'est-ce qui change aujourd'hui dans votre approche de la compétition ?
- "J'ai déjà gagné des grands matches, été dans les dix premiers mondiaux. L'approche est la même si ce n'est que là j'arrive à retrouver de bonnes sensations. Physiquement je me sens bien. Je retrouve un bon niveau de jeu. Je ne repars pas de zéro. C'est la continuité de ce que je faisais il y a trois, quatre ans. J'essaie de me faire plus plaisir, de donner tout ce que je peux à l'entraînement ou en match. Il y a beaucoup de plaisir."

- Rêvez-vous encore à la place de N.1 mondial ?
- "Je n'ai jamais voulu être numéro un mondial. J'ai toujours voulu gagner tous les matches que j'ai joué, ça c'est clair. Je n'ai pas de truc particulier. Je veux juste tout donner et aller le plus loin possible dans le tournoi, me rapprocher des dix premiers mondiaux."