Richard Gasquet revers ATP Miami 03 2011
Richard Gasquet | AFP - AL BELLO

Gasquet, attention au terrien !

Publié le , modifié le

Richard Gasquet va défier l'Espagnol Marcel Granollers sur le court N.1, lors de son deuxième tour à Roland-Garros. Après un premier tour finalement facile face au Tchèque Stepanek 7-5, 6-3, 6-0, le Biterrois ne devrait pas en principe connaître de problème contre le 47e mondial. Mais si Granollers est loin d'être le plus illustre parmi l'armada espagnole, c'est un vrai spécialiste de la terre battue. Attention au piège...

Lors de son entrée dans le tournoi, Richard Gasquet s'est ainsi montré très solide et en confiance face à un adversaire qui ne lui avait pas trop réussi ces derniers temps. Mais il semble que Richard a passé un cap, notamment après avoir sorti Roger Federer à Rome il y a quelques semaines. Ce dernier niant également ressentir une quelconque pression, évoquant plutôt "l'envie de bien faire". "Toujours l'envie de bien faire, c'est le principal, tout donner du début à la fin. Si l'adversaire joue bien, il joue bien. Sortir du match en ayant tout donné, j'étais prêt à le faire même si je perdais le premier set", explique Gasquet . Bref, un baromètre au beau fixe pour le deuxième joueur français actuellement du circuit.

Un Gasquet qui devra tout de même se méfier de son adversaire du jour Marcel Granollers. Cet Espagnol de 25 ans est un spécialiste de la terre battue. Auteur d'une entrée en matière correcte face à l'Américain Bogomolov Jr, 6-3, 3-6, 7-6 (8/6), 6-2, le 47e joueur mondial est capable de se sublimer à tout moment. S'il n'a jamais réussi à dépasser le deuxième tour à la Porte d'Auteuil, ce droitier de 1m90 compte tout de même 121 victoires sur le circuit.

En demi-teinte depuis le début de saison, avec 11 défaites pour 10 victoires, il compte pourtant à son tableau de chasse Troicki à Belgrade et Davydenko à Madrid. Un joueur imprévisible qui pourrait donc ennuyer Gasquet s'il est dans un grand jour. Laisse à espérer pour le Tricolore que ce sera un jour sans pour l'Espagnol...

Gilles Gaillard