Christopher Froome
Christopher Froome | JOEL SAGET - AFP

Froome: "Je ne pensais pas à l'étape"

Publié le , modifié le

Vainqueur dimanche au sommet du Ventoux, le porteur du maillot jaune du Tour de France, le Britannique Chris Froome, a affirmé n'avoir pas visé le succès d'étape qu'il pensait dévolu au grimpeur colombien Nairo Quintana.

Votre première attaque aux 7 kilomètres était-elle planifiée ?

Chris Froome : "Non. Quintana a attaqué de loin et a creusé un petit écart. On ne pouvait pas lui laisser prendre trop de temps. Peter (Kennaugh) a commencé à rouler pour maintenir l'écart puis Richie (Porte) a pris le relais pour  revenir. Il ne restait plus qu'Alberto (Contador). J'ai pensé que c'était le moment pour revenir sur Quintana. Ce genre de démarrage, je le fais au feeling, à la sensation. Je souffre au moment où je le fais. Mais je me dis que si je souffre, les autres vont souffrir encore plus, physiquement et  psychologiquement."
   
Vous aviez prévu d'attaquer à hauteur du mémorial Tom Simpson (pour  rendre hommage au Britannique décédé dans le Tour 1967) ?

C.F. : "Ce n'était pas prévu. J'ai eu du mal à rejoindre Quintana. Je ne pensais pas à gagner l'étape. Je pensais que ce serait pour Quintana. Moi, je pensais surtout à prendre du temps. Je l'ai attaqué à deux reprises mais il est  revenu à chaque fois. Aux 2 kilomètres, j'ai vu qu'il faiblissait. J'ai prolongé mon effort. Ce sont les circonstances qui ont fait que je l'ai lâché à  cet endroit-là."
   
Est-ce la première fois que vous avez eu recours au masque à oxygène après l'arrivée ?

C.F. : "Je n'ai pas souvenir d'avoir eu déjà besoin de l'oxygène à une arrivée  de course. Mais, ici, au Ventoux, c'est plutôt normal. J'étais à fond, je venais de produire un effort total et j'avais du mal à respirer. C'est redevenu normal après quelques minutes. Je me sens maintenant tout à fait bien."

AFP