Missy Franklin
La joie de Melissa Franklin à l'arrivée | AFP - GETTY IMAGES

Franklin, l’Histoire en marche

Publié le , modifié le

A 15 ans, elle a pris l’argent aux Mondiaux en petit bassin. A 16 ans, elle est devenue triple championne du monde en grand bassin. A 17 ans, elle est devenue la première nageuse à s’aligner sur six épreuves aux Jeux Olympiques, pour décrocher cinq médailles dont 4 d’or. A 18 ans, à Barcelone, Melissa Franklin sera l’une des grandes attractions des Mondiaux, en quête de nouvelles consécrations. Elle débute aujourd'hui les séries du 100m dos, l'une des quatre épreuves individuelles à son programme en Catalogne.

Elle avait des airs de surdouée. Elle a confirmé que ce n’était pas une écervelée. Cinq médailles aux Mondiaux de Shanghaï, cinq aux Jeux Olympiques de Londres, les sirènes faisaient les yeux doux à Missy Franklin alors qu’elle n’avait pas encore 18 ans. Pourtant, la native de Pasadena n’a pas succombé aux chèques proposés par le monde professionnel. Pas de contrats publicitaires, la priorité a été donnée aux études, à l’université de Berkeley, où Teri McKeever, qui a dirigé l’équipe féminine américaine à Londres, officie. "Je sais que les quatre années qui viennent vont être formidables et j'espère que je serai à Rio", lançait-elle après les JO. Au Brésil, elle n’aura alors que 21 ans. "J'ai gagné tant en motivation à être ici sur le podium et à voir se lever le drapeau américain!"

A Londres, elle s’est même permis de battre le record du monde du 200m dos en finale olympique. Avec son sacre sur 100m dos et ceux en relais 4x100 et 4x200, c’est le signe que la pression ne l’étouffe pas. Ce n’est pas une surprise, puisqu’elle n’a cessé de prendre pour référence Michael Phelps, autre champion précoce. A Londres, elle disait : "Apprendre à connaître Michael, le soutenir depuis les tribunes, le voir  devenir l'Olympien le plus médaillé de l'histoire, c'est tellement inspirant! Ca me donne tant de motivation". Souvent comparée à lui, elle ne fuit pas l’analogie, et cherche même à s’en approcher un peu plus : "Je ne crois pas que quelqu'un puisse prendre un jour sa place, suivre ses  traces. Elles sont trop immenses mais peut-être que je peux faire un petit bout de chemin à leur côté".

« Missile » Franklin, spécialiste du dos et du crawl, dispose d’un atout exceptionnel : 1.89m et surtout une pointure atteignant les 46. Du même topo que les 49 de Phelps pour 1.93m ou les 52 de la « Torpille » Ian Thorpe pour 1.95m. Pas évident pour se chausser, mais terriblement efficace dans l’eau.

Vidéo: la victoire de Franklin en série du 100m dos