Franck Schleck
Franck Schleck | LUK BENIES / AFP

Frank Schleck : « Je ne suis pas le grand favori »

Publié le , modifié le

Discret depuis le départ du 99e Tour de France, Frank Schleck a vécu une semaine assez tranquille. Dispensé de la défense du maillot jaune de Fabian Cancellara, le Luxembourgeois sait que son heure arrive. Il espère juste être dans le coup.

Question : Frank Schleck, comme s’est passée la première semaine du Tour ?
Frank Schleck : « Elle s’est bien passée. Je n’ai pas perdu de temps à cause d’une chute ou dans des cassures. Tout va bien jusqu’ici. C’était une super première semaine pour l’équipe. On a montré notre maillot et on a fait voir qu’on était digne en le défendant avec Fabian. C’est déjà ça. »

Q : On arrive sur des terrains plus abordables ?
FS : « Oui c’est sûr. Je ne vais pas dire que c’est plus facile mais ce sera une autre course. C’est plus favorable pour moi mais c’est là qu’on va voir si j’ai digéré toutes les courses de préparation. Je ne m’avance pas trop. Je vais voir comment ça se passe, pas plus. »

Q : Les grimpeurs doivent passer à l’attaque dès demain s’ils veulent prendre du temps sur Evans et Wiggins ?
FS : « Oui mais on sait aussi que ça sert à rien d’attaquer à soixante kilomètres de l’arrivée. A mon avis, on va arriver à la Planche des Belles Filles avec un grand groupe et on ne va pas prendre cinq minutes. Avec 100 km de chrono, je sais que je vais perdre du temps. Je ne suis pas le grand favori à cause de ça. Ce n’est pas favorable mais je vais voir au jour le jour. En plus, j’ai quelques petits problèmes au tendon d’Achille… »

Q : Vous avez reconnu cette arrivée à la Planche ?
FS : « Non. Je n’ai pas pu reconnaître une seule étape du Tour et c’est un gros handicap par rapport aux autres. »

Q : Il peut y avoir des écarts ?
FS : « La première semaine, tout le monde est assez frais. Si ça doit casser, ce sera seulement dans les trois derniers kilomètres pas sur le six de l’ascension. De toute façon, on ne prendra pas deux minutes. »