Franck Schleck maillot jaune Tour de Suisse 2010 podium bras levés
Franck Schleck porte le maillot jaune | AFP - Pascal Pavani

Frank Schleck: "C'est un Tour pour grimpeurs"

Publié le , modifié le

Coureurs et directeurs sportifs se sont exprimés suite la présentation du Tour de France 2011 mardi matin au Palais des Congrès. Pour Frank Schleck, frère d'Andy (deuxième du Tour 2010), et qui a abandonné rapidement sur le dernier Tour après une chute, le Tour 2011 est "un Tour pour grimpeurs". Un Tour qui paraît "un peu plus dur que les autres" également pour Vincent Lavenu, manager d'AG2R-La Mondiale.

Frank Schleck (LUX), maillot jaune en 2008: "A première vue, c'est un Tour pour grimpeurs, les Pyrénées sont très difficiles et les Alpes aussi, avec l'Alpe d'Huez en dessert. L'an passé, j'étais en très très bonne forme, on était tous les deux leaders avec Andy et on aurait couru pour le plus fort. On ne va pas changer de tactique cette année. A deux, on est plus fort, on pourra attaquer encore plus. Notre équipe ? Vous la connaîtrez quand le temps sera venu. On aura une très bonne équipe et on sera bien entouré."

Andy Schleck (LUX), deuxième du Tour de France  2010: "Je suis très content du parcours. La première semaine sera dure: même  s'il n'y a pas d'ascensions, il faudra faire attention au vent, il y a le  contre-la-montre par équipes... Je pense que c'est un Tour plus dur que l'an  dernier, avec notamment une arrivée au sommet en plus. L'Alpe d'Huez est une  étape assez courte avec 109 kilomètres mais très, très intense. L'étape du  Galibier sera décisive c'est long, dur et on monte trois fois au-dessus de 2500  mètres. Je serai au départ pour gagner. Je serai à 100% mais il faudra aussi  avoir une équipe forte dans tous les domaines. Dans la dernière semaine, il  faudra avoir des gars en forme et qui grimpent bien."
      
Thor Hushovd (NOR/GRM), champion du monde: "La première étape est une étape qui me plaît. C'est une arrivée qui est bonne pour moi. (dans le nouveau  réglement du classement par points) Les sprints intermédiaires vont être très  importants, ça va mettre beaucoup plus de pression, il ne faudra pas les louper  parce qu'on peut prendre beaucoup et perdre beaucoup. Je n'ai pas regardé  précisément mais, au premier abord, je n'aime pas trop ce règlement parce que  c'est déjà très stressant de briguer le maillot vert et là, ça va être encore  plus stressant. Je serai fier de porter le maillot arc-en-ciel et j'essaierai de  le montrer de manière positive. Je vais essayer de viser une étape et un jour ou  deux en jaune."
      
Mark Cavendish (GBR/THR), vainqueur de cinq étapes du Tour en 2010: "C'est  un Tour difficile mais c'est le Tour. Les Alpes sont très dures. Il y a moins d'arrivées au sprint que l'an dernier, six étapes peut-être. Il faudra saisir  toutes les occasions. Si ça ne tenait qu'à moi, il y aurait 21 sprints !"

Nicolas Roche (IRL): "Il faudra bien préparer le contre-la-montre par équipes. Sinon, on peut perdre 1 min 30 à 2 minutes. C'est corsé dès le début, et difficile sur la fin. Il y a un paquet d'arrivées au sommet, ce n'est pas pour me déplaire. Je me fixe un top 10 pour objectif. Cette année, je fais 15e avec un peu de malchance. Cela veut dire que j'ai du travail devant moi mais je préfère me fixer des objectifs élevés, c'est comme cela qu'on progresse."

Brice Feillu (FRA, vainqueur de l'étape d'Arcalis en 2009): "On est rarement déçu quand on voit la carte du Tour. C'est un beau Tour. Si je devais privilégier une seule étape, ce serait l'Alpe d'Huez. Je n'ai jamais fait cette montée. J'espère pouvoir la grimper dans ce Tour. Mon programme 2011 ? Ce n'est pas encore décidé, peut-être le Giro avant le Tour."

Mauro Gianetti (manager Geox): "Nos deux leaders (Sastre et Menchov) souhaitent faire le Tour. Je suis curieux de voir ce que peuvent donner deux coureurs de ce niveau ensemble. Carlos (Sastre) a d'ailleurs l'intention de disputer les trois grands tours. Quant à Menchov, il ne faut pas oublier que sans la grève dans l'étape de Spa, il gagnait le Tour."

Marc Sergeant (manager Omega Pharma): "La course sera nerveuse dès les premières étapes, avec des petites bosses près des arrivées. Ce sera difficile à contrôler pour les équipes de sprinteurs et, avec le changement de réglement pour le maillot vert, ça risque de modifier les stratégies d'équipes. Pour Van den Broeck (5e en 2010), la part réduite des contre-la-montre est une bonne chose. C'était son point faible."

Vincent Lavenu (manager AG2R-La Mondiale): "Ce Tour me paraît un peu plus dur, avec plus d'arrivées au sommet, plus de spectacle, plus d'émotions. Les belles histoires s'écrivent dans les belles étapes de montagne. De plus, les organisateurs ont pris soin de ne pas avoir trop d'arrivées au sprint identiques."

Marc Madiot (manager FDJ): "Si je m'appelle Philippe Gilbert, je viens sur ce Tour et je gagne deux étapes... Visiblement, les organisateurs veulent que ça bouge, que la course ne soit pas installée. Cela va créer du mouvement et ça me convient tout à fait comme philosophie. Dans les dix premiers jours, le maillot jaune peut changer souvent de propriétaire."

Gilles Gaillard