Mondial 2019
J-100 avant la Coupe du monde féminine de football. | FRANCK FIFE / AFP

J-100 avant la Coupe du monde féminine en France !

Publié le , modifié le

Le compte à rebours est lancé. A 100 jours de la première Coupe du monde de football organisée dans l’hexagone depuis celle historique de 1998, la France se prépare à accueillir le Mondial féminin 2019 (du 7 juin au 7 juillet). Pour l’occasion, plus de 500 joueuses de 24 équipes et 10 millions de spectateur sont attendus au sein des 9 villes-hôtes du pays.

« Le football féminin est entré dans une nouvelle ère pleine de promesses et nous sommes impatients d’assister à cette Coupe du Monde en France ». Gianni Infantino, le président de la FIFA, ne mâche pas ses mots pour mettre en avant la 8e édition du Mondial féminin, qui se déroulera en terres françaises du 7 juin au 7 juillet prochain. Une aubaine pour l’équipe de France, 3e du classement mondial, qui a l'occasion de reproduire ce que leurs homologues masculins ont réussi il y a 21 ans de cela. Mais en attendant « le moment de briller » - le slogan officiel - l’heure est à la présentation de la compétition.

Les Stades : La Ligue 1 à l’honneur

Neuf stades ont été retenus pour accueillir les 52 matches de la Coupe du monde. « L’engagement et la volonté des villes hôtes feront du tournoi un événement exceptionnel » selon les mots de Noël Le Graët, le président de la FFF. Quoi qu’il en soit, les yeux seront rivés vers ces neuf enceintes de Ligue 1 : le Parc des Princes de Paris, dans lequel le groupe de l’équipe de France disputera la phase de groupes, le Roazhon Park de Rennes, le stade du Hainaut de Valenciennes, le stade Auguste-Delaune de Reims, le stade Océane du Havre, l'Allianz Riviera de Nice, le stade de la Mosson de Montpellier, le stade des Alpes de Grenoble et le Groupama Stadium de Lyon où se dérouleront les deux demi-finales et la finale du Mondial 2019.

Les neuf stades du Mondial féminin 2019
Les neuf stades du Mondial féminin 2019 © FrancetvSport

L’équipe de France : Objectif demies

Qualifiée d’office en tant que pays organisateur, la France participera à sa 4e Coupe du monde, après les éditions de 2003, 2011 et 2015. A défaut de palmarès, les Bleues sont considérées comme l’une des équipes qui se fait de mieux dans le football international. La preuve, elles sont 3e du classement FIFA. Pour le plus grand plaisir de Noël Le Graët, qui attend "un véritable tremplin pour les Bleues qui doivent saisir l’occasion de briller, pour que la compétition soit un succès."

Plus concret encore : les joueuses de Corinne Diacre sont invaincues depuis quasiment un an jour pour jour, enchaînant 8 victoires de rang pour 30 buts marqués contre seulement 2 encaissés. Dont la dernière en date face aux Américaines, championnes du monde en titre (3-1). Mais la sélectionneuse tricolore tempère l’engouement général, clamant que selon elle, « la France n’est absolument pas favorite ». De quoi faire retomber la pression des coéquipières d’Amandine Henry à 100 jours du coup d’envoi du Mondial, où elles affronteront la Corée du Sud, la Norvège et le Nigeria au sein du groupe A qui se disputera sur la pelouse parisienne du Parc des Princes. En interne, l’objectif est clair : se qualifier, au minimum, dans le dernier carré de la compétition.

Le palmarès : Avantage USA

Comme beaucoup de sports, le football est très populaire aux Etats-Unis. En remportant la Coupe du monde 2015, qui s’est déroulée au Canada, la sélection américaine a encore renforcé son rang en s’emparant du record d’éditions remportées avec un 3e trophée soulevé. S’y ajoutent une place de finaliste et 3 troisièmes places… pour une très nette domination du football féminin international. Seuls trois autres pays peuvent également se vanter d’avoir remporté la compétition : l’Allemagne (2 fois), la Norvège et le Japon. Côté Français, le meilleur résultat des Bleues est une 4e place acquise en 2011, en quatre participations.

Les 7 finales de l’histoire : 

1991 : Etats-Unis 2–1 Norvège
1995 : Norvège 2-0 Allemagne
1999 : Etats-Unis 0-0 (5-4 t.a.b) Chine
2003 : Allemagne 2 -1 Suède
2007 : Allemagne 2-0 Brésil
2011 : Japon 2 – 2 (3-1 t.a.b) Etats-Unis
2015 : Etats-Unis 5-2 Japon

La sélection américaine championne du monde en titre.
La sélection américaine championne du monde en titre. © Franck Fife / AFP

Les grandes dates : rendez-vous le 7 juillet

Comme il est de coutume, c’est le pays organisateur qui donnera le coup d’envoi de la Coupe du monde 2019. Pour l’occasion, les Bleues iront se frotter à la Corée du Sud, 14e au classement FIFA, sur la pelouse du Parc des Princes. Une équipe connue par les joueuses de Corinne Diacre, qu'elles ont déjà affronté -et battu- à deux reprises en phase finale, en 2003 (1-0) et en 2015 (3-0). La phase de groupes se déroulera jusqu’au 20 juin. Les huitièmes de finale du 22 au 25 juin et les quarts de finale du 27 au 29.

Puis place au dernier carré, qui se déroulera entre le 2 et le 7 juillet, sur la pelouse du Groupama Stadium de Lyon. Un choix loin d’être anodin puisque c’est dans le sillage des résultats de la section féminine de l’OL, cinq fois victorieuses de la Ligue des champions entre 2011 et 2018, que le football féminin s’est développé sur le territoire français.

Le programme de l'équipe de France : 

7 juin (21h00) : France – Corée du Sud
12 juin (21h00) : France – Norvège
17 juin (21h00) : Nigeria – France

Le programme des matches à élimination directe : 

Huitièmes de finale : 22 au 25 juin
Quarts de finale : 27 au 29 juin
Demi-finales : 2 et 3 juillet
Petite finale : 6 juillet (17h00)
Finale : 7 juillet (17h00)

Coupe du Monde de Football Féminin