Louis Van Gaal.
Louis Van Gaal. | ROBIN UTRECHT / ANP MAG / ANP/AFP

Van Gaal, la révolution "Oranje"

Publié le , modifié le

A la tête de l'équipe des Pays-Bas depuis 2012, Louis Van Gaal a mis dès son intronisation un bon coup de balai dans la sélection vieillissante des Oranje. Si certains anciens - tels Kuyt, Robben et Sneijder - semblent indéboulonnables, le coach néerlandais n'a pas hésité à amorcer la transition à quelques mois du Mondial brésilien.

Les Oranje ne goûtent que très peu au costume de favori. En 2012, fréquemment présentés comme potentiels vainqueurs de la Coupe d'Europe avant la compétition, les Néerlandais sortent finalement par la petite porte, concédant trois défaites consécutives contre le Danemark (0-1), l'Allemagne (1-2) et le Portugal (1-2). Bien que le niveau ultra-relevé de la poule soit reconnu par la grande majorité des observateurs,  il faut bien trouver un coupable pour catalyser la révolution. Le sélectionneur de l'époque, Bert van Marwijk, est invité à voir si l'herbe est plus verte ailleurs, alors que Louis Van Gaal est prié par la Fédération néerlandaise de rappliquer au chevet de la sélection. Avec l'ancien entraîneur du Bayern Munich, les Oranje s'offrent un manager au palmarès mirifique, mais surtout un formateur hors pair. 

Intelligence, culot et "jeunisme" 

Car Louis Van Gaal est directement responsable de l'éclosion de quelques uns des plus grands joueurs qui aient jamais traversé les "Oranje". Patrick Kluivert, Marc Overmars, Edgar Davids, Michael Reiziger, Clarence Seedorf, Edwin van der Sar : autant d'anciennes gloires néerlandaises révélées par l'ancien coach du FC Barcelone, qui ne conçoit le football que par l'accompagnement et la formation des jeunes talents. Le liste des joueurs sélectionnés contre la France est largement révélatrice de la philosophie prônée par Van Gaal : "exit" De Jong (29 ans) et Van Der Vaart (31 ans), voici Jean-Paul Boëtius (19 ans), Karim Rekik (19 ans), Davy Klaassen (21 ans) et Quincy Promes (22 ans). Des jeunes joueurs encore méconnus, mais qui ont su attirer l'oeil de l'entraîneur formateur par leurs aptitudes :"Je ne m'intéresse pas aux CV des joueurs quand j'élabore mon équipe. Seuls le talents et la forme du moment m'intéressent". Du talent, Jordy Clasie, Jean-Paul Boetius et Davy Klaassen en ont à revendre. Les deux premiers font d'ailleurs le bonheur du Feyenoord Rotterdam, club devenu la vitrine de la nouvelle génération des footballeurs hollandais, dans lequel Louis Van Gaal pioche allègrement.

Bien doser le cocktail "jeunes-anciens"  

Pour encadrer ce joli petit monde, Kevin Strootman. A 24 ans, le milieu de la Roma, selon Van Gaal, a les épaules assez larges pour incarner le patron technique des "Oranje". Doté d'une qualité de passe et d'une frappe exceptionnelles, le joueur de la Lupa rayonne aussi dans les vestiaires et hors du terrain, où son influence et son aura se font clairement ressentir. Situé dans un espèce d'entre-deux, Strootman fait le liant entre les jeunes et les anciens, et est, en cela, une pièce essentielle du projet de Louis Van Gaal. Quant aux anciens encore présents dans les petits papiers du sélectionneur - Van Persie, Robben, Sneijder, Huntelaar et Kuyt essentiellement - ils jouent le jeu et participent pleinement à l'intégration des nouveaux talents. "Ces dix-huit derniers mois, nous avons découvert de nombreux nouveaux jeunes joueurs", a déclaré ce mardi Robin Van Persie en conférence de presse. "Ils n'ont pas encore d'expérience sur la scène internationale mais le monde entier va bientôt  découvrir des garçons très très doués". Louis Van Gaal y veillera personnellement. 

Jean Charbon