Valence-Schalke 04
Raul, joueur de Schalke, face au défenseur de Valence Navarro | Jose JORDAN

Valence tenu en échec

Publié le , modifié le

Valence a dû concéder le match nul face à Schalke 04 (1-1) sur sa pelouse mardi soir en 8e de finale aller de la Ligue des Champions, après avoir pourtant eu la mainmise sur l'essentiel de la rencontre. Les Espagnols ont ouvert la marque par Soldado, sans pouvoir ensuite faire fructifier leur domination par manque de réalisme. Ils se sont faits piéger en 2e période sur un contre de Raul qui va peser lourd au match retour.

Valence maître du jeu

Les Espagnols entraient dans la partie avec davantage d'engagement dans une lutte acharnée au milieu de terrain. Valence faisait tourner le ballon et procédait en jeu court pour se créer des espaces et aller vers l'avant, tandis que Schalke se montrait prudent et posait ses actions à partir de sa défense. Les dix premières minutes étaient plutôt à l'avantage des Valencians qui trouvaient des solutions en variant leurs offensives, et parvenaient à mettre de l'impact.
Mais un contre allemand, qui voyait Huntelaar lancé en profondeur tout près de tromper le portier espagnol Guaita, refroidissait les ardeurs des Espagnols. Le jeu s'équilibrait même si Valence, échaudé, se livrait avec un peu moins de folie, mais lançait ses offensives avec plus d'application. Leurs efforts allaient être rapidement récompenssés. Une mauvaise relance du défenseur de Schalke Metzelder, revenait dans les pieds d'Aduriz qui lançait Jérémy Mathieu débordant sur le flanc gauche. Le latéral français adressait un centre au cordeau à Soldado qui fusiallait Neueur (1-0, 17e). Une logique ouverture du score pour des Valencians qui gagnaient l'essentiel des duels et posaient des problèmes aux récupérateurs allemands.

Schalke 04 tenaient bien de timides incursions, à l'image de ce déboulé de Uchida, repris par Jurado dont le tir était détourné sur la barre par le gardien de Valence  (26e) . Mais ces actions étaient trop rares et surtout trop peu spontanée pour  inquiéter des Espagnols qui; au contraire, profitant de contres favorables, allaient créer le danger sur le but des hommes de Felix Magath.   D'abord sur uen tentative d'Alduriz, totalement oublié devant le but de Schalke à la réception d'un centre de Costa,, mais dont le tir n'était pas cadré. Puis sur un coup franc trop enlevé de Dominguez. Dans les dernières minutes de la premère période, les Valencians connaissaient quelques soucis pour sortir le ballon en défense dans la précipitation, et les Allemands pressaient pour tenter de profiter de cette phase brouillonne. Mais les Espagnols s'en sortaient bien et tenaient le ballon pour conserver leur petit avantage jusqu'à la pause.

Raul remet Schalke en selle

La reprise était trompeuse puisque la première occasion était allemande avec un ballon en profondeur pour Raulo qui cadrait bien son tir mais se heurtait à la bonne sortie de Guaita dont la main ferme écartait le danger. Les Espagnols reprenaient ensuite la direction des opérations, en récupérant le ballon et en le faisant tourner le ballon, avec de beaux gestes techniques e de la dextérité. Au contrait des joueurs de Schalke plus empruntés tant dans les relances que dans l'organisation dans l'entre-jeu. Les coéquipiers de raul avaient le plus grand mal à trouver des solutions, à trouver le jeu, et ne se créaient que peu d'occasions. Au contraire, en quadrillant le jeu et mettant du mouvement, les Espagnols imposaient leur rythme et se projetaient rapidement vers l'avant, mais hormis. un tir d'Aduriz, les offensives de Valence avortaient par excès de précipitation.

Les hommes de Magath perdaient beaucoup de ballons, offrant des munitions aux coéquipiers de Joaquin, pris entre la nécessité de faire le break dans la perspective du match retour, et l'envie de temporiser pour éviter de se faire piéger sur un contre par des Allemands dont on sait qu'ils ne sont jamais aussi réactifs que dos au mur. Et ils avaient raison de se méfier. Car sur une des rares balles interceptées par Schalke 04, après un superbe enchaînement entre Schmitz et Jurado sur le côté gauche, Raul transformait la première grosse opportunité allemande en trompant le gardien de Valence (1-1, 63e). Coup de froid sur le stade Mestalla où les Valencians qui semblaient avoir le match en mains se retrouvaient dans les cordes, contraints de rebondir, après avoir trop tergiversé sur de nombreuses offensives qu'ils n'ont pas sur convertir.

Avec ce but inscrit face à Valence, l'Espagnol de Schalke 04, Raul est devenu le meilleur buteur de l'histoire des coupes européennes avec un total de 71 réalisations (dont 69 en C1) depuis 1995.

Des Espagnols fébriles

Le match était relancé et les Espagnols, jusqu'alors dominateurs tactiquement, tombaient dans une certaine fébrilité inattendue. Même s'ils s'en tenaient à leur schéma en s'assurant de la possession du ballon et en allant presser très haut, mais ils manquaient de lucidité dans le dernier geste, alors que Schalke 04 poussait en défense, et sortait davantage sur les contres. Raul échouant encore une fois in extremis sur une ouverture consécutive à un ballon récupéré. (74e). Les Allemands profitaient d'une certaine baisse de régime des Espagnols. Les hommes de Emery continuaient certes leur travail de sape au milieu de terrain, mais leurs actions manquaient alors de fluidité et de réussite dans la finition  Ils laissaient encore filer des occasions, inquiets de la tournure des événements. Ils devaient toujours aller chercher au moins un but d'avance, tout en ne se livrant pas de façon démesurée. Ils l'avaient déjà payer cher une fois. Une belle frappe de Costa repoussée par Neueur, puis un centre de Costa devant le but qui ne trouvait pas preneur, ne permettaient toujours pas de rassurer les Valenciens qui subissaient la pression du résultat. Ceux-ci perdaient le fil du match dans les dernières minutes et ne parvenaient finalement à faire basculer le match, et devaient se contenter de ce nul qui ne leur est pas très favorable avant d'aller à Gelsenkirchen pour le match retour. S'ils cèdent en Allemagne et sortent dès kles 8e de finale, ils pourront regretter les occasions manquées.

Réactions
Unai Emery (entraîneur de Valence):  "Ce n'est pas le meilleur résultat mais pas le pire non plus. Schalke a un  léger avantage mais cela reste ouvert et on tentera de marquer là-bas. On doit  ajuster des choses en défense car ils ont été dangereux. Huntelaar et Raul nous  ont fait souffrir plus que ce que l'on voulait et il faudra souffrir moins  là-bas. Il y a des précédents et nous sommes optimistes quant au match retour.  On va se préparer pour être meilleur au retour et je suis confiant sur le fait  que ce sera le cas".

Felix Magath (entraîneur de Schalke): "L'équipe a mérité le match nul. On a  eu des bonnes opportunités pour ouvrir le score et c'est dommage qu'ils aient  marqué car on ne jouait pas plus mal qu'eux. En deuxième période, on a annihilé  le jeu de Valence. La victoire aurait été un meilleur résultat mais je me  satisfait du match nul 1-1. Il faudra être vigilant au retour car Valence est  une bonne équipe qui est dangereuse même à l'extérieur. (Raul) a su exploiter  ses points forts et je ne vais pas seulement parler du but car il a été bon  tout le match".