Ryan Mendes (Lille) tente de réisister à Antonio Barragan (Valence)
Ryan Mendes (Lille) | JOSE JORDAN / AFP

Valence enfonce Lille

Publié le , modifié le

Les Dogues n'ont plus les crocs ! Le Losc a concédé sa deuxième défaite consécutive en phase de groupes en s'inclinant sur le terrain du FC Valence 2-0 (doublé de Jonas 38e et 74e). Malgré quelques occasions nettes, les Nordistes ont logiquement subi la loi d'un collectif espagnol au dessus techniquement et très réaliste. Lille va maintenant jouer son va-tout lors des deux confrontations avec le Bayern Munich qui s'est incliné sur la pelouse du BATE Borisov (3-1).

Dès l'entame de match, les Valencians exerçaient un pressing efficace pour maintenir les Lillois dans leur camp. La défense nordiste ne montrait pas une sérénité adéquate dans les premières minutes du match. A la 8e minute, Sofiane Feghouli grillait la politesse à la défense centrale adverse mais il manquait son face à face avec Mickaël Landreau, son extérieur du droit passant à côté. Au quart d'heure, Lille répliquait timidement par un tir de Beria facilement capté par Guaita. Le match s'équilibrait même si les Espagnols dominaient territorialement. Les hommes de Rudi Garcia s'enhardissaient après la demi-heure. D'abord sur une contre-attaque rondement menée malheureusement mal conclue par Florent Balmont qui tirait juste à côté du poteau droit de Guaita, ensuite sur un tir puissant de Dimitri Payet qui obligeait le gardien valencian à une belle parade (35e). 

Manque de réalisme

Mais ce sont les locaux qui ouvraient le score, Jonas reprenant de près une belle passe -légèrement déviée par Aurélien Chedjou- du poison Soldado (1-0, 38e). Le coup était rude pour Lille d'autant que Payet, pourtant idéalement placé sur le côté droit de la surface, manquait de nouveau le cadre juste avant la pause (42e). Valence regagnait son vestiaire avec un but d'avance qui ne reflétait pas les statistiques: 7 tirs au but des Lillois dont 3 cadrés et 2 grosses occasions contre du 100% pour les Blanc et Noir.

Jonas enterre Lille

Lille tentait de réagir d'emblée en seconde période. Nolan Roux puis Ryan Mendes butaient sur la défense adverse (48e) avant que Huaita se couche bien sur un tir de Payet (56e). Valence procédait en contre, aspirant les Lillois pour exploiter la vitesse de leurs attaquants. A la 63e, le très actif Payet se mettait de nouveau en évidence mais son tir enroulé passait assez nettement à côté de la cage de Guaita. Mais paradoxalement, ce sont les joueurs de Mauricio Pellegrino qui reprenaient clairement le contrôle du match grâce à leur palette technique supérieure. Soldado était tout près d'inscrire le but du K.O. mais sa tête à bout portant sur un centre de Feghouli passait juste au dessus (65e). 

Debuchy voit rouge

Florent Balmont, capitaine de Lille: "C'est dur parce que je crois qu'on a montré un beau visage. En première mi-temps on a des occasion. On avait fait des belles choses. Eux, ils ont un tir et ils marquent en première mi-temps. C'est le réalisme qu'on n'a pas en ce moment. Il faut travailler sur cela. On fait des efforts, on est tous là. Il faut s'accrocher dans les moments difficiles."

Ce n'était que partie remise pour le club espagnol qui tuait le suspense à l'entame du dernier quart d'heure, juste après le remplacement de Mendes par Ronny Rodelin: sur une balle perdue par les Lillois dans leurs trente mètres, le cuir arrivait sur le côté droit de la surface pour Jonas qui réussissait une merveille de lob sur Landreau légèrement trop avancé (2-0, 74e). La messe était dite pour le Losc, de nouveau incapable de hisser son niveau d'exigence pour la C1.

Et comme il était dit que les Lillois boiraient le calice jusqu'à la lie, Mathieu Debuchy écopait d'un second carton jaune synonyme d'exclusion pour une faute sur Guardado (86e). Le latéral international manquera donc la rencontre du 23 octobre face au Bayern, déjà décisive pour l'avenir des Dogues dans cette compétition.

Le Bayern décevant

Le Bayern est tombé de haut à Borisov ! Les éléments offensifs du club allemand ont multiplié les maladresses devant le but bélarusse, ratant le cadre à de multiples occasions, et c'est Pavlov (23e) et Rodionov (78e) qui ont propulsé en tête du groupe le BATE, pourtant désigné comme la victime expiatoire idéale du groupe et qui remporte son deuxième succès, sur le même score de 3-1. Ribéry a bien réduit le score, mais trop tard (90e+1), d'autant que Bressan portait le coup de grâce (90e+4).