Marseille Heinze - Champions 2010
Marseille décroche enfin le titre | AFP - GERARD JULIEN

Une si longue attente pour l'OM

Publié le , modifié le

Cela faisait dix-sept ans que Marseille attendait ça ! Remporter enfin le titre. Renouer avec la tradition qui voulait que sur la Canebière on ne pouvait rester aussi longtemps sans trophée. En cette année 2010, les Phocéens en ont eu deux. D’abord une coupe de la Ligue comme un avant-goût de fête. Puis le 16 mai, le titre de champion de France.

L’OM est de retour au premier plan avec comme entraîneur Didier Deschamps, celui-là même qui avait soulevé en tant que capitaine la coupe des champions en 1993….Tout un symbole. Mais ce ne fut aussi facile que cela pour Marseille qui au plein cœur de l’hiver comptait onze points de retard sur Bordeaux, avant de réussir un sprint parfait alors que les Girondins s’essoufflaient. Deuxième meilleure attaque (derrière Lille), deuxième meilleure défense (derrière Auxerre), meilleur équipe à l’extérieur et à domicile, il était logique que cette solidité se traduise positivement sur le plan comptable. Avec le meilleur buteur de L1 (Mamadou Niang) et le meilleur passeur (Lucho Gonzalez), l’OM était armée pour le titre.

 Marseille a sans doute aussi profité des cadences infernales imposées aux tenants du titre bordelais. A vouloir jouer sur tous les tableaux, les Girondins se sont écroulés et finalement ont été écartés de la course à l’Europe, perturbés peut-être par la situation indécise et illisible de l’entraîneur Laurent Blanc, vivement sollicité pour prendre l’équipe de France. Cela eût-il un effet sur leurs résultats, le groupe fut-il déstabilisé ? On ne saura jamais la part effective de cette incertitude planant sur l’avenir de Blanc en Gironde.

 La surprise est finalement venue d’Auxerre, où Jean Fernandez, avec une équipe certes peu spectaculaire mais solide et engagée, avec ses moyens, a soufflé la 3e place européenne à Lille.