France Luxembourg Benzema Diarra Diaby Rami 102010
Benzema félicité par ses camarades | AFP-Fife

Un test royal pour les Bleus

Publié le , modifié le

L'équipe de France s'offre une rencontre de prestige, ce soir à Wembley face à l'Angleterre. Après trois succès consécutifs lors des matchs de préparation pour l'Euro 2012, les Bleus semblent avoir trouvé le chemin de la rémission. Le 38e affrontement entre les deux nations, le dernier de l'année pour les Bleus, sera l'occasion de jauger le jeune effectif français face à la formation de Fabien Capello, elle aussi en reconstruction après le Mondial.

Premier véritable test pour les Bleus de Laurent Blanc, le rendez-vous de mercredi soir à Wembley a tout pour offrir un grand match. Après la Norvège, le Bélarus, la Bosnie, la Roumanie et le Luxembourg, l'Angleterre sera le premier match d'envergure. De quoi jauger plus précisément le niveau de jeu des Bleus "à la sauce" Blanc et voir si leur 18e place au classement FIFA est méritée. Avec des Tricolores sur la voie de la rémission et une formation anglaise en recherche des résultats après un échec au Mondial sud-africain (1/8e de finale face à l'Allemagne), le duel historique entre les deux pays promet d'être équilibré. Malgré les 85 0000 spectateurs hostiles, les Bleus retrouveront une pelouse qui avait fait leur bonheur. C'était il y a 11 ans déjà, lorsqu'en 1999 les jeunes champions du monde s'étaient imposés (2-0) grâce à un doublé de Nicolas Anelka.

Mais si l'équipe d'alors avait trouvé un équilibre optimal, tant défensif qu'en pointe, l'effectif de 2010 est plutôt une version "bêta" de l'équipe de France. Ainsi, le brassard de capitaine devrait une nouvelle fois changer de porteur, pour la quatrième fois depuis la prise de service du "Président" et les essais de Mexès, Malouda, Diarra. En défense, Philippe Mexès pourrait pour la première fois depuis la mise à pied de Raymond Domenech ne pas être titulaire. Le joueur de la Roma, touché au mollet lors du dernier match face à la Juventus (1-1) pourrait céder sa place à Mamadou Sakho ou Eric Abidal, de retour dans l'effectif, voire même Younez Kaboul (Tottenham), convoqué en renfort. La concurrence est forte pour dessiner la nouvelle charnière. "Pour l'instant, il y a de la concurrence qui s'est installée sur les côtés, confirme Laurent Blanc. A mon sens, c'est une très bonne chose mais pour avoir une bonne performance défensive, il faut de la stabilité. On fera peut-être des changements en défense, un voire deux, mais plus, ça me parait difficile." Au milieu de terrain, l'association Gourcuff-Nasri pourrait une nouvelle fois être mise en place. Laurent Blanc, qui a partagé jeudi vouloir "aligner une équipe offensive", pourrait décider de reformer le duo pour apporter de la technique à l'effectif.

Blanc : "Benzema est incontournable"

En attaque, le Madrilène Karim Benzema conserve le soutien complet du sélectionneur, certainement pour un relai de "50-60 minutes". Son temps de jeu, très limité au Real Madrid, n'est pas un frein à sa sélection. "Si on avait beaucoup de concurrence à son poste, reprend Blanc, ça jouerait certainement en sa défaveur. Mais quand je regarde la liste des joueurs sélectionnés et des joueurs possibles, quand je fais le total des sélections et des buts en équipe de France, on se rend compte que Benzema est incontournable". Mais alors que la France pourrait aborder ce nouvel amical sereinement, fort d'une campagne de qualification européenne satisfaisante, voilà que le "fantôme de l'affaire des primes" de la Coupe du Monde ressurgit pour mettre son grain de sel. Un véritable imbroglio qui n'a pas encore trouvé son terme. "On se dirige vers un accord, confie Laurent Blanc, mais il n'est pas encore définitif. Le président de la Fédération (Fernand Duchaussoy) communiquera dans peu de temps, c'est un problème entre la Fédération française et les joueurs", a-t-il ajouté. Dans les faits, les joueurs réclament les primes dues à leur qualification pour le Mondial tandis que la Fédération française, par l'intermédiaire de Duchaussoy, a décidé de ne pas céder un centime. De quoi économiser 4 millions d'euros et renflouer les caisses...

En plein désaccord interne, comment l'équipe se présentera-t-elle ? Avec une formation perfectible, perturbée par ses prétentions financières, n'est-ce trop tôt pour jouer une équipe du calibre de l'Angleterre ? "Non", selon Samir Nasri. "Ca va permettre de voir les progrès qu'on a à faire. L'Angleterre puis le Brésil (le 9 février en amical, ndlr), ce sont deux matches excitants à jouer" s'exprime le milieu de terrain d'Arsenal. Excitant, oui. En plus de la claque reçue à Wembley, les Anglais doivent aussi faire oublier leur élimination de l'Euro 2004 en 1/8 e de finale. A cette époque, les Bleus de Zinedine Zidane avaient retourné la situation en fin de match pour s'imposer (2-1). On souhaite à la nouvelle génération une fin aussi heureuse pour son dernier match de l'année.

Liste des 23 joueurs retenus pour Angleterre-France :

Gardiens de buts: Hugo Lloris (Lyon), Steve Mandanda (Marseille), Cédric Carrasso (Bordeaux)
Défenseurs: Bakary Sagna (Arsenal/ENG), Adil Rami (Lille), Philippe Mexès (AS Rome/ITA), Mamadou Sakho (Paris SG), Gaël Clichy (Arsenal/ENG), Eric Abidal (Barcelone/ESP), Anthony Réveillère (Lyon), Younès Kaboul (ENG/Tottenham)
Milieux de terrain: Alou Diarra (Bordeaux), Yann Mvila (Rennes), Florent Malouda (Chelsea/ENG), Yoann Gourcuff (Lyon), Mathieu Valbuena (Marseille), Samir Nasri (Arsenal/ENG), Yohan Cabaye (Lille)
Attaquants: Kevin Gameiro (Lorient), Guillaume Hoarau (Paris SG), Karim Benzema (Real Madrid/ESP), Loïc Rémy (Marseille), Dimitri Payet (Saint-Etienne)

Voir la video