Envahissement du terrain Lille Montpellier

Un huis-clos avec sursis pour le LOSC

Publié le , modifié le

Un match à huis-clos ferme, déjà purgé contre Amiens, et un autre avec sursis: c'est la sanction dont a écopé le Lille ce jeudi. Elle fait suite à l'envahissement de son terrain début mars par ses supporters, qui s'en étaient pris à ses propres joueurs à l'occasion du match contre Montpellier. Le club nordiste, en perdition en championnat dont il occupe l'avant-dernière place, évite ainsi une sanction trop lourde. Après avoir été frappé d'un huis-clos total, le club avait déploré une sanction d'une "extrême sévérité" alors que ne figurait "pas d'antécédents d'incidents de ce genre" dans son dossier.

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), décisionnaire en la matière, a simplement indiqué dans son communiqué: "après instruction du dossier, la Commission a décidé de sanctionner le LOSC d'un match à huis clos ferme + d'un match à huis clos avec sursis". Le huis-clos ferme a été purgé à l'occasion de la défaite contre Amiens le 1er avril (0-1).

Après un piètre 1-1, le 10 mars face à Montpellier, une centaine de personnes avaient envahi la pelouse du stade Pierre-Mauroy pour aller prendre à partie les joueurs nordistes. Certains avaient été victimes de coups, de pied notamment. Dix supporters du Losc, âgés de 20 à 38 ans, seront jugés le 12 juin par le tribunal correctionnel de Lille.

AFP