FIFA
Le siège de la FIFA à Zurich | MICHAEL BUHOLZER / AFP

Un des dirigeants de la Fifa extradé aux Etats-Unis

Publié le , modifié le

L'un des sept responsables de la Fifa arrêtés en Suisse le 27 mai dernier à la demande des autorités américaines dans une affaire de corruption, a été extradé le 15 juillet vers les Etats-Unis, a annoncé jeudi la justice helvétique.

"Un des sept responsables de la Fifa arrêtés en Suisse a été extradé aux Etats-Unis le 15 juillet 2015", a indiqué aux médias l'Office fédéral de la justice (OFJ). "Il a été pris en charge à Zurich par trois policiers américains qui l'ont escorté jusqu'à New York", a précisé l'OFJ. Sur demande de la personne concernée, Berne ne peut toujours pas confirmer officiellement son nom. Lors de sa première audition par la police cantonale de Zurich, après son arrestation le 27 mai, la veille du congrès de la Fifa, le responsable en question s'était opposé à son extradition vers les Etats-Unis. Mais le 9 juillet, il avait changé d'avis, à la suite de quoi l'OFJ avait donné son aval à l'extradition dans le cadre d'une procédure simplifiée. D'après Berne, le parquet du district Est de New York soupçonne la personne extradée d'"avoir accepté d'entreprises commerciales sportives, et gardé pour lui, des pots-de-vin de plusieurs millions de dollars en échange de droits de commercialisation". "Ceux-ci portent sur des qualifications pour la Coupe du monde, sur des championnats régionaux ainsi que sur des championnats continentaux en Amérique du Nord et en Amérique du Sud", selon l'OFJ, qui souligne que "ces pratiques ont nui financièrement à deux confédérations continentales de la Fifa et à différentes associations nationales".

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de l'OFJ, Raphael Frei, a expliqué que les auditions des six autres détenus "sont encore en cours". Les sept dirigeants anciens et actuels de la Fifa avaient été arrêtés à Zurich et placés en détention en vue de leur extradition sur demande des autorités américaines. Les demandes se fondent sur les mandats d'arrêt émis le 20 mai par le parquet du district Est de New York, qui soupçonne ces personnes d'avoir accepté des pots-de-vin pour plus de 100 millions de dollars (90,4 millions d'euros), selon Berne. Les autorités suisses enquêtent aussi de leur côté sur les attributions controversées des Coupes du monde 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar, respectivement. La tempête a poussé le président de la Fifa Joseph Blatter à démissionner quatre jours après sa réélection. Mais il a prévu de rester en poste jusqu'à l'élection de son successeur, qui n'est pas prévue avant fin 2015.

AFP