Turquie: Antalyaspor veut se séparer de Nasri

Turquie: Antalyaspor veut se séparer de Nasri

Publié le , modifié le

Le club turc d'Antalyaspor a annoncé mercredi son intention de se séparer du milieu de terrain Samir Nasri, un nouveau coup dur pour l'ancien international français, déjà sous le coup d'une enquête pour des injections de vitamines sans autorisation. "Une décision a été prise pour se séparer de Nasri", a déclaré Cumhur Arici, membre du conseil d'administration d'Antalyaspor, cité par l'agence Dogan.

"Son agent va venir et des négociations auront lieu concernant l'argent qu'on lui doit, puis nos chemins se sépareront", a-t-il ajouté. Nasri, alors dans l'impasse à Manchester City où le meneur de 30 ans était arrivé en 2011, s'était engagé en août dernier pour deux ans avec Antalyaspor.

L'ex-Bleu (5 buts en 41 sélections) avait rejoint la station balnéaire du sud de la Turquie après avoir été prêté la saison dernière au Séville FC par l'entraîneur Pep Guardiola qui ne comptait plus sur lui chez les Citizens. Selon les médias turcs, le milieu offensif percevait un salaire de quatre millions d'euros par saison, hors bonus. Un autre ex-Bleu, Jérémy Ménez, avait quitté Antalyaspor début janvier pour s'engager avec le club mexicain de l'América.

 

L'annonce concernant Nasri survient alors qu'Antalyaspor occupe la 14e place au classement, à trois points seulement du premier relégable. Le club croyait pourtant pouvoir jouer les premiers rôles cette saison après un recrutement ambitieux orchestré par son richissime patron, Ali Safak Oztürk, qui a fini par jeter l'éponge en démissionnant en décembre, quelques jours après l'entraîneur brésilien de l'équipe Leonardo, ancien directeur sportif du PSG.

Outre ses déboires avec Antalyaspor, Samir Nasri risque une suspension de l'UEFA qui enquête sur des injections de vitamines par le joueur sans autorisation préalable de l'instance européenne. L'UEFA avait engagé le 6 mars 2017 une procédure disciplinaire à l'encontre de Nasri, pour une violation possible du règlement antidopage. 

AFP