Bakayoko face à Lucas pendant le match ASM-PSG
Tiémoué Bakayoko face à Lucas lors du récent ASM-PSG | PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

Tiémoué Bakayoko, le gratteur fou du rocher

Publié le , modifié le

L’AS Monaco s’est imposée 3 buts à 1 face au PSG, dimanche, au terme d’un match maîtrisé de bout en bout. Dans les rangs rouge et blanc, un joueur a crevé l’écran, le jeune milieu récupérateur Tiémoué Bakayoko.

Il ne leur a lien laissé. L’enfant du 14e arrondissement de la capitale a surclassé, presque à lui tout seul, le milieu de terrain de son équipe de cœur. Le joueur de 22 ans, élu homme du match après la victoire de Monaco contre le PSG (3-1), a littéralement éteint l’entrejeu parisien. Le trio Verratti-Motta-Raviot s’est rapidement trouvé dépassé par la puissance de l’international Espoirs.
 

19 ballons récupérés 

Une performance dans la droite lignée de celle livrée, mardi dernier, face à Villarreal et qui propulsait le club du rocher en C1 après sa victoire 1 but à 0. Ce soir-là, Tiémoué Bakayoko asphyxiait le milieu espagnol et élevait encore un peu plus son niveau de jeu aperçu à l’aller. Des récentes performances qui ont attisé les convoitises en Europe. D’après l’Équipe, Manchester United, la Juventus Turin ou Leicester se seraient positionnés pour accueillir le joueur formé à Rennes. Mais sa priorité était de rester à Monaco. Son entraîneur, Leonardo Jardim, qui ne comptait pourtant plus vraiment sur lui en fin de saison dernière, a certainement dû revenir sur sa position.

Encore un peu plus depuis dimanche soir. Il a gratté un nombre impressionnant de ballons dans les pieds adverses. Ce n’est pas qu’une impression. Ses statistiques parlent pour lui. Face aux Parisiens, ce ne sont pas moins de 19 ballons que ses grands compas sont venus récupérer. Et ils n’ont pas fait que ça. Ils ont aussi relancés, écartés, temporisés, accélérés et tout ça à merveille.
 

"J’arrive à exprimer mon meilleur"


Après le match d’hier, sa saison dernière semble déjà un très lointain souvenir. Le joueur est tout bonnement métamorphosé. Un changement que doit certainement favoriser son nouvel entourage. "La seule chose qui a changé, c’est qu’il y a maintenant un staff plus poussé autour de moi. J’ai un préparateur physique personnel, un préparateur mental, un ostéopathe. Dans mon approche du foot, j’essaie d’être le plus précis possible par rapport à mon corps. Aujourd’hui, je n’ai d’ailleurs plus tous ces problèmes physiques et j’arrive à exprimer mon meilleur", confiait-il à la veille de la réception du PSG à nos confrères du Parisien.

Malgré cette copie parfaite rendue face à Paris, le joueur l’assure, il n’a "pas encore démontré tout ce dont il est capable". Si le franco-ivoirien continue sur cette lancée, il ne devrait pas trop patienter avant de recevoir un certain coup de fil tricolore et marcher sur les pas de son illustre aîné, Patrick Vieira, auquel il nous a terriblement fait penser dimanche soir.

Boris Courret