Frédéric Thiriez
Frédéric Thiriez, président de la Ligue française, mais aussi président du syndicat des ligues de football européennes professionnelles. | AFP - FRANCK FIFE

Thiriez revient sur les sanctions contre les clubs corses

Publié le , modifié le

Frédéric Thiriez, président de la Ligue de Football Professionnel, a évoqué ce lundi les sanctions contre les clubs corses. Il estime qu'il n'y avait "pas deux poids deux mesures dans les décisions de la commission de discipline".

"Le football est un lieu de spectacle et il est inadmissible de se faire caillasser durant un match", a lancé Thiriez. "Je serai intransigeant sur ce point et ce avec toutes les équipes du championnat". Le 2 mars dernier, à Furiani, le derby entre Bastia et Ajaccio à Furiani avait mené à des incidents poussant la LFP à sanctionner les clubs à deux matches à l'extérieur et à huis-clos.

Le président de la LFP, en déplacement à Bastia, y a rencontré le président du Conseil exécutif de Corse et le maire de Bastia. Il y a rappelé que "tant qu'il y aura de la violence, il y aura des sanctions", et s'est une nouvelle fois excusé pour son absence, l'an passé, lors du titre de champion de France de Ligue 2 du SC Bastia. 

Frédéric Thiriez est également revenu sur les commémorations de la catastrophe de Furiani : en Corse, un Collectif des victimes exige la sacralisation du 5 mai sans aucun match à cette date. "Seuls les clubs corses ne joueront pas un 5 mai", a déclaré Thiriez. "Nous devons observer le devoir de mémoire autour de cette catastrophe mais également le devoir de vie. Il n'y aura plus de finales de Coupes un 5 mai mais nous jouerons au football en commémorant ce drame".