Real Madrid

Supercoupe d'Espagne : le Real Madrid titré face à l'Atlético Madrid

Publié le , modifié le

Le Real Madrid a remporté la Supercoupe d'Espagne, dimanche, face à l'Atlético Madrid. Les deux équipes n'étaient pas parvenues à se départager ni à l'issue du temps réglementaire, ni après les prolongations (0-0). La décision s'est donc faite aux penaltys après un match terne. Grâce à Thibaut Courtois et une dernière tentative de Sergio Ramos (4-1), Zinedine Zidane rafle son premier titre depuis son retour sur le banc de la Casa Blanca.

Ce n’est pas le derby le plus exaltant que nous ont offert le Real et l’Atlético Madrid, dimanche, en finale de la Supercoupe d’Espagne, nouvelle version, en Arabie Saoudite. Une rencontre dans la lignée du triste nul auquel s’étaient livrées les deux équipes en championnat, le 28 septembre dernier.

Peu d'occasions...

Pourtant, la bande à Zidane avait pris les choses en main d’entrée, Casemiro étant le premier à alerter Jan Oblak (5e). Sans s’affoler, l’Atlético est rentré dans son match, mis en confiance par les deux tentatives, non cadrées, de Joao Felix (14e) et Alvaro Morata (20e). En guise de réaction du côté de la Casa Blanca, un débordement de Ferland Mendy côté gauche, conclu par une frappe dans un angle fermé, sans danger (37e).

Un triste premier acte qui n’a pas gagné en intensité après la pause. Si la tentative de Luka Jovic est passée loin du but (51e), Federico Valverde s’est procuré la plus franche occasion. Seul dans la surface à la réception, l’attaquant pique sa tête… mais la dévie avec son genou (67e). Morata aurait pu débloquer la situation, mais Courtois veillait au grain au premier poteau (80e), tout comme Oblak, solide sur sa ligne face à Rodrygo (90+2e).

Supercoupe d'Espagne : le Real Madrid titré face à l'Atlético Madrid
© AFP

... et 10 dernières minutes agitées

Ce même Oblak auteur d’une double parade salvatrice devant Luka Modric et Mariano Diaz (110e), annonciateur d’une fin de prolongations haletante. Car peu après, Morata filait droit au but, seul en contre, mais Federico Valverde s’est sacrifié, taclant par derrière l’attaquant à l’entrée de la surface : carton rouge salvateur pour le milieu de terrain, le coup-franc ne donnant rien. Un sacrifice qui aurait pu être vain, Mendy manquant de tromper son propre portier en déviant un centre à ras de terre (118e).

La décision s’est finalement faite aux penaltys. Si Carvajal, Rodrygo et Modric ont mis le Real dans des conditions optimales après les échecs de Niguez (poteau) et Parley (arrêt de Courtois), Sergio Ramos a offert, d’un dernier contre-pied parfait, à Zinedine Zidane son 10e titre sur le banc. Le premier depuis son retour.

Maxime Gil gil_maxime_34