Vladimir Poutine 022014
Vladimir Poutine | AFP

Sepp Blatter mérite le Prix Nobel de la Paix, selon Vladimir Poutine

Publié le , modifié le

Le président démissionnaire de la Fifa Joseph Blatter est un "homme respectable" qui mérite le prix Nobel de la Paix en raison de "sa contribution colossale dans le domaine humanitaire", a déclaré jeudi le président russe Vladimir Poutine. Cette décalaration intervient alors que Sepp Blatter s'est présenté jeudi matin devant les juges de son instance, pour s'expliquer notamment sur le paiement controversé de 1,8 million d'euros à Michel Platini en 2011, qui pourrait valoir une radiation à vie aux deux hommes.

"Joseph Blatter a fait un travail considérable pour le football mondial. Sa  contribution dans le domaine humanitaire est colossale (...) Voilà la personne  à qui il faut donner le prix Nobel de la Paix", a-t-il affirmé lors de sa  conférence de presse annuelle, alors que la Fifa est ébranlée par un scandale  de corruption concernant, notamment, les conditions d'attribution du  Mondial-2018 à la Russie. Convoqué à 09h00 devant la chambre de jugement de la commission d'éthique, il est arrivé au siège de la Fédération internationale à bord d'une Mercedes noire avec une quarantaine de minutes d'avance. Il est apparu avec un énorme pansement sous l'oeil droit, en compagnie de son avocat, son compatriote  suisse Lorenz Erni, mais n'a fait aucune déclaration à la vingtaine de  journalistes présents.

Blatter, réélu au printemps pour un cinquième mandat avant d'annoncer dans  la foulée qu'il allait remettre son mandat lors d'un congrès électif le 26  février, est suspendu provisoirement depuis le 8 octobre et jusqu'au 5 janvier. Il avait été suspendu de ses fonctions quelques jours après l'ouverture de procédures judiciaires en Suisse à son encontre pour ce paiement à Platini,  mais aussi parce qu'il est soupçonné d'avoir signé un contrat de droits TV  présumé déloyal envers la Fifa concernant les Coupes du monde 2010 et 2014.

Cette même chambre de jugement de la commission d'éthique avait prévu d'entendre Michel Platini (60 ans) vendredi, mais celui-ci a décidé de ne pas  s'y rendre et sera représenté par ses avocats. L'ancien capitaine de l'équipe  de France estime que "le verdict a déjà été annoncé dans la presse par un des  porte-parole" (Bantel, ndlr) de la justice interne de la Fifa, au "mépris de la  présomption d'innocence". Ce boycott vise à "signifier sa plus profonde indignation" face à une procédure que l'ex-star de la Juventus considère comme "uniquement politique et  visant à l'empêcher de se présenter à la présidence de la Fifa".

AFP