supporters sedan
Les supporters sedanais sont en moyenne 2 500 par match. | Claude Lambert

Sedan-Bastia, choc d'historiques au pays des amateurs 

Publié le , modifié le

Co-leaders de leur poule de National 2, le CS Sedan Ardennes et le SC Bastia s’affrontent ce samedi en championnat. Un match pas nécessairement décisif pour la montée, mais qui suscite un engouement rarissime pour une rencontre qui n’a d’amateur que le nom. Tant côté ardennais, que corse. 

Trois avions, une vingtaine de bus, et des dizaines de voitures : c’est la composition du cortège corse qui pèlerine ce samedi vers Sedan. En tout, plus de 1 000 supporters du Sporting Club de Bastia sont attendus au stade Louis Dugauguez : un exploit pour un match de quatrième division. Rencontre qui se déroulera dans cette enceinte de 23 000 places, où environ 8 000 Ardennais seront aussi au rendez-vous. Au total, environ 9 000 personnes vont donc assister à ce choc qui fleure bon la Ligue 1 des années 2000, et qui suscite un engouement à faire pâlir celle d’aujourd’hui.

Un cadeau du Sporting à ses supporters

Des Ardennes à l’île de Beauté, tout le monde s’accorde sur un point : le match et les jours qui l’ont précédé rappellent les années Ligue 1 des deux clubs. Pour Florian, supporter sedanais : "Cela ne fait aucun doute. Il y a une excitation énorme, c’est comparable à une semaine de derby". Ce que confirme David Calais, journaliste qui suit le CS Sedan pour le journal l’Ardennais : "C’est une semaine totalement différente. On a commencé à parler du match dans le journal dès mercredi. Normalement, on en parle qu’à partir du jour de la rencontre… Les supporters ne parlent que de ça depuis des semaines". Côté bastiais, la semaine a été tout aussi longue, confirme Ludovic Matteoli, supporter du Sporting : "Bien sûr, il n’y a pas de rivalité avec Sedan, mais le contexte en fait un match à part, très attendu".

Pas sûr qu’en 8 affrontements en Ligue 1 il y ait déjà eu autant de supporters corses au stade Louis Dugauguez. S’ils seront aussi nombreux ce samedi, c’est aussi parce que le club a mis la main à la poche pour affréter avions et bus. Coût total du déplacement : 130 000 euros, dont 40 000 à la charge du SC Bastia, après achat des billets par les supporters.  Une somme non négligeable pour un club au budget de 2,6 millions d’euros par an, que justifie le président Claude Ferrandi : "C’est un cadeau pour remercier nos supporters, qu’on veut intégrer dans la reconstruction du club. L’euphorie est telle qu’on en oublie qu'on est en quatrième division. Cela nous rappelle les grandes heures. C’est notre plus gros déplacement depuis la finale de la coupe de la Ligue en 2015". Sur le millier de bastiais attendus à Sedan, 540 personnes sont ainsi prises en charge par le club qui a affrété trois avions. Le reste du contingent voyage par ses propres moyens depuis l'île de Beauté, ou la métropole. 

La mairie de Sedan invite

Cette vague bleue venue de Corse, les supporters ardennais compte bien l’endiguer. Vraie ville de foot, Sedan joue en temps normal devant 2 500 spectateurs en National 2. Ils seront minimum 8 000, samedi, dont 1 000 "invités" par la mairie, qui justifie ce geste : "Tous les ans, on achète pour 4 000 euros de places sur un match dans le cadre d’un partenariat avec le CSSA. D’habitude, on attend la fin de saison. Mais là, la venue de Bastia était l'occasion idéale. C'était une évidence". De quoi susciter une légère cohue à l’ouverture du guichet à l’hôtel de ville mercredi midi. "Il y avait tellement de monde ! Je n’ai jamais vu cela" assure une employée.

à voir aussi Pour ses 100 ans, le CS Sedan à la recherche d'un nouveau souffle Pour ses 100 ans, le CS Sedan à la recherche d'un nouveau souffle

Non loin de la mairie, les commerçants et restaurateurs se préparent eux aussi à une journée "comme au temps de la Ligue 1". Pour un centre-ville d’une commune de 16 000 habitants, la venue de 9 000 personnes à quelques centaines de mètres, c'est une aubaine. Idem pour les hôteliers, comme à l’Hôtel In Design : "On ne peut pas mesurer précisément, parce qu’on ne sait pas si les gens viennent vraiment pour le foot, mais on est complet depuis un moment". A Sedan comme à Bastia, le match est sur toutes les lèvres depuis plusieurs jours, et dépasse le cadre du foot. Du côté de la mairie sedanaise, on espère d'ailleurs que les supporters corses "auront envie de découvrir la ville au delà du stade", et on leur promet "le meilleur accueil possible".

Une finale pour la montée ?

Pas sûr que ce soit le cas au stade en revanche, même si l’ambiance restera cordiale. "Bravo aux Bastiais qui vont faire le trajet, c’est beau", reconnaît Florian, avant de glisser : "Est-ce que ça nous fait plaisir ? Nous, notre soucis, c’est d’être plus forts sur le terrain et en tribunes. Et on le sera". Supporter bastiais, Ludovic pense évidemment l’inverse : "Ça fait plaisir de venir dans un beau stade, mais nous on sera surtout là pour chanter et gagner. Le reste nous importe peu". Surtout que le Sporting a l’habitude d’être suivi, notamment en région parisienne : "Les Corses sont très nombreux sur Paris, la diaspora se déplace. Par exemple à St Maur, on était 400" explique Ludovic, "Mais rien de comparable avec le match à Sedan".

La tension sera certainement plus forte sur le terrain, puisque Sedan et Bastia sont actuellement leaders ex-æquo d’un championnat dont seul le premier sera promu. De là à parler d’une finale ? "Si par bonheur on gagne, on aura jamais que trois points d'avance, avec encore 33 points à prendre derrière" tempère le président bastiais Claude Ferrandi. Un avis partagé par tous les acteurs de ce match d’ailleurs. Ludovic Matteoli nuance toutefois : "Psychologiquement, ça serait une très belle affaire quand même pour nous, bastiais. On est derrière depuis le début de saison, Sedan a compté jusque 8 points d’avance. On revient de loin. Mais rien ne serait fait".
 
Un choc de leader dans un stade survolté par les supporters des deux camps : et si ce Sedan-Bastia était l’affiche du week-end ? Peut-être pas. Mais pour les curieux et/ou nostalgiques de ces deux clubs historiques, la rencontre sera diffusée gratuitement sur le site de la FFF dès 18h. Après tout à la même heure en Ligue 1, Amiens recevra le PSG devait à peine plus de spectateurs, et dans un match avec beaucoup moins de suspense et d’enjeu…

Adrien Hemard @AdrienHemard