Schalke Raul joie Ligue des champions 022011
Raul, le buteur vedette de Schalke O4 | AFP - PATRIK STOLLARZ

Schalke uni contre Manchester

Publié le , modifié le

Si la présence de Manchester United, vainqueur en 2008 et finaliste en 2009, était attendue en demi-finale, celle des Allemands du Schalke 04 est une vraie surprise. En difficulté en Bundesliga (10e), l'équipe reprise en main par Ralf Rangnick depuis le 17 mars propose un football offensif et physique sur la scène européenne à l'image du jeu mancunien. Le duel de génération de buteurs entre Raul et Rooney est l'une des clés d'une rencontre très ouverte.

Bien que novice à ce stade de la compétition, Schalke sait que son adversaire n'est pas invincible. "Manchester a peut-être gagné son dernier match de championnat, mais avant ça n'a pas été que des victoires. Donc, nous savons très bien que nous avons une chance mardi", juge l'entraîneur allemand Rangnick. Ce dernier a fait tourner l'effectif ce week-end en Bundesliga. Le Péruvien Jefferson Farfan devrait rentrer au milieu, de même que Benedikt Höwedes, Atsuto Uchida et Hans Sarpei en défense. Après une défaite en ouverture à Lyon, les partenaires du portier international Manuel Neuer ont enchainé cinq succès à domicile comme s'ils étaient plus adaptés au football de la Ligue des Champions. Qualifiés pour la finale de Coupe d'Allemagne contre Duisbourg (D2) après avoir sorti le Bayern Munich en demie (0-1), ils montrent de réelles dispositions dans les rencontres couperets.

La chiffre: 5. Cette saison en Coupe d'Europe, Schalke 04 gagné ses cinq rencontres à domicile

Une position d'outsider qui plait finalement à une équipe totalement libérée. Méfiance du côté d'Alex Ferguson et ses joueurs qui ont perdu quatre des cinq matches qu'ils ont disputés dans la compétition contre des clubs allemands depuis 1992. Le club de la Ruhr peut compter Raul pour faire la différence. Les mauvaises langues ont dit qu'il était venu en pré-retraite. Avec 12 buts en Bundesliga et 5 en Ligue des champions, oit le meilleur buteur de l'histoire de la Ligue des champions (71), l'Espagnol de 34 ans a fait mentir ceux qui annonçaient son crépuscule. Manchester United connaît trop bien l'efficacité du joueur: en 2000 avec le Real, il avait éliminé presque à lui tout seul les Red Devils de la Ligue des champions en frappant deux fois à Old Trafford. Un deuxième raison de se méfier pour MU.

Manchester invaincu dans la compétition

Leader de plus en plus tranquille en championnat (6 points d'avance sur Chelsea à 4 journées de la fin), Manchester a pourtant des raisons d'être considéré comme le favori. Ferguson, qui vise une troisième Coupe aux grandes oreilles (1999 et 2008), a trouvé la bonne formule en Coupe d'Europe. Exit Berbatov, jugé trop lent, malgré ses 21 buts en Premier League, et de toute façon blessé aux adducteurs. Le coach écossais privilégie la vitesse et la vivacité de Javi Hernandez associé à la puissance et la finesse technique de Wayne Rooney. Le retour de Rio Ferdinand au côté de Nemanja Vidic en défense centrale a consolidé l'édifice défensif. En plus, Ferguson s'est lui aussi permis de faire reposer ses titulaires (Evra, Park, Vidic, Giggs, Carrick) en championnat le week-end.

"Les équipes allemandes sont connues pour leur acharnement et leurdétermination, et le match de mardi ne devrait pas déroger à la règle",reconnait Ferguson.

Histoire d'accumuler un peu de fraîcheur en vue du combat physique. "Les équipes allemandes sont connues pour leur acharnement et leur détermination, et le match de mardi ne devrait pas déroger à la règle", reconnait Ferguson. Invaincu dans la compétition (7 victoires, 3 nuls, 12 buts marqués, 3 buts encaissés), MU présente un cocktail d'expérience, de vitesse et de puissance. "Mais nous abordons cette rencontre avec beaucoup plus d'expérience que lors des années précédentes. De plus, nos prestations et nos résultats à l'extérieur ces derniers temps ont été fantastiques", souligne l'entraîneur mancunien. Une vrai combat en perspective

Mathieu Baratas