Sans match en Espagne, la presse relance l'idée d'un retour de Neymar au Barça

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Neymar

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le football s’est arrêté sur les terrains en Espagne mais l’actualité se poursuit en coulisses. Ce mardi, les quotidiens ibériques ont relancé la rumeur d’un éventuel retour de Neymar au FC Barcelone cet été. Un transfert qui pourrait se faire dans des conditions bien particulières, comme l’explique Mundo Deportivo dans ses colonnes.

Le feuilleton Neymar encore relancé. Alors que le monde du sport est à l’arrêt total depuis plusieurs jours en raison de l’épidémie de Covid-19 qui sévit en Europe, les journaux espagnols ont relancé ce mardi la thèse selon laquelle le Barça pourrait faire revenir le joueur brésilien dans son giron cet été. "La tactique du Barça pour signer Neymar" titre par exemple Mundo Deportivo en Une de son site web, ajoutant que le club catalan pourrait utiliser l’article 17 du règlement de la FIFA pour faire revenir l’attaquant du PSG. 

à voir aussi Le sport impacté par le coronavirus - Suivez notre direct Le sport impacté par le coronavirus - Suivez notre direct

Cette clause - présente dans le règlement de la FIFA depuis 2001 - permet à n’importe quel joueur de mettre fin à son contrat unilatéralement si ce dernier n’a pas été renouvelé depuis la première signature, et ce sans que le club acheteur ne soit sanctionné. Si Mundo Deportivo indique que la stratégie première du FC Barcelone serait de "négocier" une vente avec le Paris Saint-Germain, qui, rappelons-le, a refusé une offre du Barça à l’été 2019, Neymar entrerait bien dans les clous. L’ancien blaugrana bouclera cet été sa troisième année de contrat avec le club de la capitale et n’a jamais renouvelé son bail depuis son transfert record à 222 millions d’euros, ce qui permettrait au Barça de faire jouer l’article 17. 

"On ne sait pas combien le Barça devrait au PSG"

"Si le Brésilien utilise cet article pour retourner au Barça, le PSG devrait alors s’adresser à la FIFA ou au tribunal arbitral du sport (TAS) pour réclamer une indemnisation" explique le quotidien espagnol, "Dans les deux cas, la FIFA prendrait une dizaine de mois à déterminer la compensation financière que toucherait Paris. On ne sait même pas combien le Barça pourrait payer au PSG", dit l’article. Dans ce cas de figure, qui serait inédit pour un transfert entre grands clubs, Nasser Al-Khelaifi et Leonardo pourraient aussi décider de faire appel à des avocats spécialisés, ce qui pourrait faire monter l’addition en raison des dommages et intérêts. 

De son côté, le quotidien de Madrid Marca évoque également le cas Neymar en Une de son site ce mardi, mais ne parle pas de l’article 17 de la FIFA. Le journal évoque bien la volonté du Barça de faire revenir Neymar, mais préfère se focaliser sur les difficultés qui rendraient cette éventuelle transaction. Calendrier, masse salariale, accord à l’amiable, les contraintes sont nombreuses pour un retour du Brésilien au Barça. En effet, comme le stipule Marca, le nom de Neymar est toujours sur la table en Catalogne, mais c’est le président Josep Maria Bartomeu qui doit donner son feu vert pour entamer les négociations. 

De plus, le flou qui règne quant au calendrier de fin de saison - avec une saison qui pourrait être blanche en Espagne - ne facilite pas l’élaboration d’une stratégie pour le mercato. La masse salariale très élevée du club champion d’Espagne pourrait poser problème ce été, alors que Marca évoque un transfert possible à hauteur de 150 millions d’euros. "L’autre option envisagée est celle de Timo Werner" rappelle le quotidien madrilène, "L’Allemand réalise un très bonne saison en Allemagne et son prix est plus abordable que celui de Lautaro Martinez (Inter Milan)". 

Une chose est certaine, si le football s’est arrêté sur le terrain en Espagne, il ne s’est pas arrêté en coulisses. Les clubs préparent déjà leur manière de rebondir à la période délicate qui s’annonce et pourraient frapper fort sur le mercato en cas de report du championnat, qui leur permettrait de toucher tout de même leurs droits TV.