Romario candidat à la mairie de Rio

Romario candidat à la mairie de Rio

Publié le , modifié le

Romario, ancien buteur vedette de l'équipe de football du Brésil et actuel sénateur, a annoncé lundi qu'il avait l'intention de se porter candidat à la mairie de Rio, à la fin de l'année, pour le Parti socialiste (PSB).

"Quand j'ai été candidat au poste de sénateur, en 2014, on a beaucoup parlé de mon manque d'expérience, ce qui était vrai (...) Mais la conjoncture politique actuelle montre que les plus expérimentés sont en train d'aller en prison, et cette expérience je ne veux pas l'avoir", a déclaré Romario, lors d'une brève conférence de presse à Rio. Le "Baixinho" (petit), comme il est surnommé à cause de sa basse stature, faisait allusion à l'enquête "Lavage express" sur le vaste réseau de corruption au sein du géant public pétrolier Petrobras qui a déjà conduit en prison de nombreux hommes d'affaires et responsables politiques. 

La lutte contre la corruption, son cheval de bataille

Le 13 juin dernier, le procureur de la République a toutefois demandé à la Cour suprême d'enquêter sur Romario, 50 ans, qui a fait de la corruption son cheval de bataille : Il aurait reçu 100.000 reais (26.000 euros) pour sa campagne en 2014 de l'entreprise Oderbrecht, impliquée dans le scandale Petrobras. "Beaucoup de choses négatives sur ma conduite vont apparaître, mais je peux affirmer que je ne dois rien à personne. Je sais que ce sera une lutte difficile, mais ma vie n'a jamais été facile", a ajouté Romario qui a été élevé dans la zone nord pauvre de Rio.

La candidature de Romario, pour remplacer l'actuel maire de Rio, Eduardo Paes, membre du PMDB au pouvoir (centre droite), devra encore être entérinée par son Parti PSB (centre gauche). Après une carrière à rallonge, marquée par le titre de champion du monde en 1994, l'ancien buteur a été élu député en 2010 puis sénateur en 2014, sous l'étiquette du PSB. En mai, Romario, s'était prononcé en faveur de l'ouverture du procès de la présidente Dilma Rousseff dans le cadre de la procédure de destitution.

AFP