Rivaldo
Rivaldo. | MAURO HORITA / AGIF

Rivaldo raccroche les crampons

Publié le , modifié le

L'attaquant brésilien Rivaldo, ballon d'Or 1999, a annoncé samedi qu'il mettait fin à sa carrière de footballeur, dans un message publié sur internet.

"Mon histoire comme joueur a touché à sa fin", a posté Rivaldo, 41 ans, sur  Instagram. "Avec les larmes aux yeux, aujourd'hui j'aimerais d'abord remercier Dieu,  ma famille et vous tous, pour le soutien, pour la tendresse que j'ai reçus  pendant ces 24 années comme joueur. Aujourd'hui je viens annoncer à tous les  supporteurs du monde que mon histoire comme joueur a touché à sa fin", écrit  l'ancienne gloire du football brésilien.  Rivaldo avait rejoué le 23 Janvier pour le club Mogi Mirim (Sao Paulo)  qu'il préside, alors que sa carrière paraissait compromise. Il avait auparavant  résilié son contrat avec le club de Sao Caetano en novembre, en raison de  douleurs à un genou. Champion du monde avec le Brésil en 2002, Rivaldo se remémore sur Instagram  ses débuts difficiles: "J'ai construit ma carrière sur un miracle, en sortant  (du club) paulista, sans aucun recours financier, sans agent, et avec les seuls  encouragements de ma famille, désabusé par les médecins et les entraîneurs,  j'ai vu un rêve devenir réalité(...) j'ai été reconnu comme meilleur joueur du  monde", confie Rivaldo qui a joué en Espagne, en Italie et en Grèce.

Le 6 mars, le terrain du club de Mogi Mirim, a été suspendu à titre  conservatoire à la suite d'"actes de racisme" survenus lors d'un match la  veille. "S'il y a eu un cas de racisme contre Arouca dos Santos, je suis contre  cette attitude de personnes qui ne respectent pas leur prochain", avait déclaré  l'ancien joueur du FC Barcelone (1997-2002) et de l'AC Milan (2002-03) sur le  site de son club. "Mais je ne suis pas d'accord avec cette punition du club, avait aussi  relevé Rivaldo. Nous ne pouvons pas contrôler la bouche des supporters. Le club  est responsable s'il y a bagarre, envahissement du terrain ou des projectiles  sur le terrain". 

Rivaldo est l'une des anciennes gloires de la Seleçao les plus critiques  envers le Mondial, avec Romario, devenu député fédéral. En janvier dernier, le  ballon d'Or 1999 avait vertement critiqué "la honte" de l'organisation  défaillante et coûteuse du Mondial au Brésil. En juin 2013, pendant la Coupe des Confédérations, en pleine fronde sociale  des Brésiliens contre l'indigence des services publics, la corruption et la  facture publique du Mondial, Rivaldo avait déjà critiqué l'organisation du  Mondial.

AFP