Racisme: Le champion du Japon sanctionné

Publié le , modifié le

Les Red Diamonds d'Urawa, cinq fois champions du Japon, ont joué dimanche leur match de J-League à huis clos, après avoir été sanctionnés pour le déploiement par leurs supporteurs d'une banderole où l'on pouvait lire "Japonais seulement" lors d'une précédente rencontre le 8 mars.

L'image de la grande banderole, rédigée en anglais, a largement circulé sur  les réseaux sociaux. Selon les spécialistes du football local, elle visait  l'attaquant Tadanari Lee, nouvelle recrue de nationalité japonaise et d'origine sud-coréenne. Trois supporteurs soupçonnés d'avoir déployé la banderole ont été interdits  de stade sine die. Le capitaine d'Urawa, Yuki Abe, portant un t-shirt marqué du slogan "Sports  for Peace" (le sport pour la paix) comme tous ses coéquipiers, a lu un  communiqué avant le match contre Shimizu S-Pulse, devant les tribunes vides du  stade de Saitama, d'une capacité de 63.700 spectateurs.

"Les Reds d'Urawa, en tant que membres de la famille du football,  promettent de respecter pleinement l'engagement de la FIFA d'éliminer les  discriminations selon la race, la couleur de peau, le genre, la langue, la  religion ou le milieu social. Nous avons le pouvoir de chasser le racisme du  sport et de la société. Grâce aux liens qui nous rassemblent dans le football,  nous nous engageons à combattre le racisme", disait le communiqué. Le match s'est achevé sur le score de 1 à 1.

AFP