Rabah Madjer
L'emblématique Rabah Madjer, nouveau sélectionneur de l'Algérie | AFP - CITIZENSIDE - FAYCAL NECHOUD

Rabah Madjer nommé à la tête de la sélection de l'Algérie

Publié le , modifié le

Pour la quatrième fois de sa vie, Rabah Madjer, emblématique joueur algérien qui a donné son nom à un geste technique, a été nommé sélectionneur de l'Algérie. A 58 ans, il vient au chevet d'une sélection qui a raté la qualification à la Coupe du monde 2018, après avoir été éliminée au 1er tour de la Coupe d'Afrique des Nations 2017. Bref, l'ancien joueur de Porto a du pain sur la planche.

En trois courts passages à la tête de la sélection, Rabah Madjer présente un bilan de 4 victoires, 7 nuls et 7 défaites. L'ancien Ballon d'or africain 1987 est pourtant de nouveau l'homme providentiel. Il faut dire que l'équipe d'Algérie est au fond du trou. Incapable de se qualifier pour la prochaine Coupe du monde 2018, elle n'avait pas non plus franchi le 1er tour de la CAN en 2017. Et cette incapacité à redevenir une nation importante, se couple avec une instabilité à la tête des Fennecs. Depuis le départ de Vahid Halilodzic, après un 8e de finale en Coupe du monde 2014, l'Algérie a essoré quatre techniciens. Rabah Madjer, âgé de 58 ans, prendra ses nouvelles fonctions jeudi, a précisé la FAF dans un bref communiqué. Il devient le cinquième sélectionneur en trois ans.

Limogé en avril dernier, Lucas Alcaraz en était le dernier "sortant". Mais Rabah Madjer n'est pas non plus une garantie d'un bail de longue durée. Une saison en 1994-1995, quelques mois en 1999 sans même disputer une rencontre, et encore une saison en 2001-2002. L'ancien entraîneur de l'équipe nationale Meziane Ighil (2005-2006) et l'ancien international algérien Djamel Menad, sélectionné entre 1980 et 1995, ont été nommés adjoints de Rabah Madjer. Mais Rabah Madjer, c'est l'un des rares joueurs de l'histoire à avoir donné son nom à un geste technique, l "Madjer". C'est aussi et surtout le deuxième joueur le plus sélectionné avec l'Algérie, et le deuxième meilleur buteur. Un passé suffisant pour redresser l'Algérie ?

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze