attentats Stade de France novembre 2015
Le Stade de France en cours d'évacuation suite aux attentats | AFP

Quatre morts dans des explosions aux abords du Stade de France

Publié le , modifié le

Selon la préfecture de police de Paris, cinq personnes ont été tuées, une quarantaine gravement blessée dans des explosions dans le secteur du stade de France où se déroulait un match amical entre la France et l'Allemagne, ce vendredi soir. Aux alentours de 21h15, deux premières explosions ont été entendues, suivies par une troisième à la mi-temps du match. "Un homme s'est fait sauter avec une ceinture explosive", a dit une des sources à l'AFP.

Selon notre journaliste Rodolphe Gaudin présent au stade de France pour la rencontre France-Allemagne, "des hommes auraient tenté de s'introduire dans le stade et, n'arrivant pas à leurs fins, se seraient reportés aux alentours du stade" (compte Twitter)

Les trois explosions entendues ont fait quatre morts et, selon BFMTV et LCI, au moins un corps déchiqueté aurait été retrouvé aux abords du Stade de France, confirmant la piste d'un attentat kamikaze.

Présent pour le match, le président de la République, François Hollande, a été rapidement  évacué du Stade de France à la mi-temps pour se rendre au ministère de l'Intérieur tandis que les joueurs n'ont été informés de la situation qu'à l'issue du match.  Les spectateurs, confinés pendant près d'une heure dans l'enceinte du stade sous haute protection policière, ont finalement pu quitter le stade par trois portes (nord, sud et ouest).

De son côté, le chef de presse de l'équipe de France, Philippe Tournon, a expliqué que le match amical prévu mardi à Londres, face à l'Angleterre, pourrait ne pas avoir lieu. 

Des attaques coordonnées et un bilan très lourd

Outre les explosions au stade de France, trois fusillades dans les rues du 10e et du 11e arrondissements de Paris et une prise d'otages dans la salle de concerts du Bataclan ont également fait de nombreuses victimes.

Une centaine de morts et de très nombreux blessés  sont à déplorer, ce soir, à l'issue des 7 attaques coordonnées qui, au total, ont touché la capitale. L'état d'urgence a été décrété par le Président de la République. 

Isabelle Trancoën