Reinaldo Chapecoense
Reinaldo célèbre la victoire de son équipe. | Marcelo Zambrana / ANADOLU AGENCY

Quatre mois après le crash, Chapecoense retrouve l’Atlético Nacional, et l'emporte

Publié le , modifié le

Il y a quatre mois, 71 personnes perdaient la vie dans un crash d’avion en Colombie. Parmi elles, l’effectif de l’équipe de Chapecoense. Entièrement décimée, la formation brésilienne a su se reconstruire. Face à l’Atlético Nacional, l’équipe qu’ils partaient rencontrer avant le crash, Chapecoense a renoué avec la victoire, en remportant le match aller de la finale de la Recopa Sudamericana.

Les mois passent, les souvenirs et le traumatisme restent. L’histoire de Chapecoense est liée à cette tragédie survenue le 28 novembre dernier, alors que ses joueurs se rendaient à la finale de la Copa Sudamericana pour affronter l’Atlético Nacional. L’avion qui les emmenaient à Medellin s’est écrasé, coûtant la vie à 71 des 77 passagers présents à bord. Parmi eux, des journalistes, membres du staff, et 19 joueurs de l’effectif.

Mais Chapecoense a su se relever, en recrutant 22 nouveaux joueurs afin de se reconstruire sur de bonnes bases. En finale de la Recopa Sudamericana (équivalent de la Supercoupe d’Europe), les joueurs brésiliens devaient à nouveau affronter l’Atlético Nacional, quatre mois après un accident que personne là-bas n’a oublié. Grâce à Reinaldo (23e sur penalty) et Luiz Otavio (73e), « Chape » a pris une bonne option pour la victoire finale, en empochant le gain du match aller.

« Nous sommes ravis d'avoir pu battre un adversaire aussi fort sur la scène sud-américaine mais il reste 90 minutes et ce seront les plus difficiles, s’est réjoui l’entraîneur brésilien Vagner Mancini, Il faut féliciter le staff et les joueurs qui ont su mettre en place une équipe compétitive en si peu de temps ».

Plus que l’enjeu sportif, c’est la symbolique du match qui était importante. Un nouvel hommage aux victimes, fort en émotions, a été organisé. Le match retour est prévu le 10 mai prochain, à Medellin.

Le reportage de Stade 2 : "Chapecoense, la renaissance"

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou