lyon schalke but farfan
Farfan trompe Lloris | AFP-Eisele

Qualification amère de Lyon

Publié le , modifié le

Corrigé 3-0 par Schalke 04, l'OL ne retiendra sans doute que la qualification pour les huitièmes de finale. Une qualification qui n'est due qu'à la victoire de l'Hapoel Tel Aviv sur Benfica (3-0). Défensivement inertes, les hommes de Claude Puel ont été une nouvelle fois surpris en première mi-temps, mais n'ont cette fois pas été capable de renverser la tendance, encaissant même un 3e but. Et l'amertume est d'autant plus grande que Gourcuff est sorti sur civière...

Les deux équipes ne s'offraient aucun round d'observation. N'ayant besoin que d'un match nul, les Lyonnais jouaient en contres, et les deux équipes se rendaient coup pour coup lors des dix premières minutes. Suite à une perte de balle de Lisandro, un mauvais dégagement de Diakhaté, Raul dribblait sans mal dans la surface Lovren, son tir était dévié, et l'insaisissable Farfan ouvrait le score après 12 minutes de jeu (1-0). Les Lyonnais tentaient de réagir presque aussitôt, et Lisandro ratait sans doute l'égalisation à la 17e minute, lorsqu'après feinte de frappe, sa tentative de tir de l'extérieur ne faisait pas le poids… Dans la minute suivante, les hommes de Claude Puel se montraient de nouveau dangereux sur une frappe de Bastos à la suite d'un corner, mais Neuer avait la main ferme.

Mais la volonté se trouvait davantage du côté allemand, et sur une nouvelle perte de balle au milieu de terrain, Schalke allait doubler la mise après un centre de Jurado côté gauche pour Huntelaar qui trompait le malheureux Lloris (2-0, 20e). Une fois encore, les Gones entamaient de la plus mauvaise de manières leur rencontre et leur entraîneur avait beau se ronger les ongles, il ne trouvait pour le moment pas de solution.

Peu avant la demi-heure de jeu, les supporteurs lyonnais serraient les dents lorsque Farfan s'écroulait dans la surface, mais vigilant, l'arbitre italien de la rencontre M. Rizzoli, sanctionnait l'attaquant d'un carton jaune pour une simulation. Dans la foulée, un très brillant Raul tentait instinctivement un lob qui a bien failli surprendre Lloris. Auteur d'un triplé lors de la dernière journée de Bundesliga, le Madrilène paraissait dans une forme surprenante pour un attaquant de 33 ans, courant sur le moindre ballon. Au coup de sifflet signalant la pause, alors que les Lyonnais courbaient l'échine, Raul regagnait en petite foulée les vestiaires…

Puel ne perdaient finalement pas trop de temps pour bouleverser ses plans, et insufflait du sang neuf avec le remplacement de Lisandro par Gomis, et Cissokho par Kolodziejcak. Ces changements poussaient Bastos à se repositionner en tant que latéral gauche. Mais les affaires lyonnaises allaient se compliquer lorsque sur un tacle par derrière de Metzelder, Gourcuff devait quitter le terrain sur civière (57e). Le troisième et dernier changement intervenait alors, Pjanic prenant place sur le terrain.

Menés 2-0 à l'heure de jeu, et privés de leur meneur de jeu, les Lyonnais pouvaient difficilement renverser la vapeur comme ils l'ont si souvent fait ces derniers temps, et pas plus tard que le week-end dernier contre Lens (3-1). Forts de cet avantage, et maîtrisant parfaitement la rencontre, les Allemands tenaient à distance leurs adversaires et se permettaient même de porter le score à 3-0 (88e). Huntelaar, pourtant marqué par deux défenseurs, réceptionnait un centre de Edu, feintait une première fois, tirait au but, et le ballon contré, terminait sa course dans les buts de Lloris. Le coup de sifflet final était presque vécu comme un soulagement pour les Lyonnais qui allaient apprendre la bonne nouvelle un peu plus tard...

Car heureusement pour l'OL, l'Hapoel Tel Aviv battait de son côté Benfica sur le même score 3-0, ce qui lui permettait de se qualifier mathématiquement, tout comme Schalke.

Réactions:
Felix Magath (entraîneur de  Schalke 04) : "Nous avons réussi une excellente entame en jouant l'attaque  d'entrée. L'ouverture du score a été logique et méritée. A 2-0, Lyon a réagit et  nous nous sommes contentés de contrôler le jeu tout en restant bien en place  avant de faire définitivement la différence en fin de partie. Nous avons pris  connaissance du résultat de Tel Aviv contre Benfica qui est arrivé à point  nommé. La qualification est acquise à une journée de la fin et c'est une grosse  satisfaction pour nous. Les succès à répétition de ces derniers temps nous ont  permis d'avoir un certain déclic et notamment celle contre Sankt-Pauli. Avant,  la spirale négative engendrait de la pression aux joueurs. Depuis que nous  gagnons, cela donne de la sérénité à l'équipe. Nous évoluons différemment. Nous  montons en puissance. A nous de poursuivre sur notre lancée. C'est bien de  poursuivre la route en Ligue des champions mais nous restons mal classés en  Bundesliga et il faut corriger cela".
      
Claude Puel (entraîneur de Lyon) : "Il n'y a pas grand chose à dire. Nous  n'étions pas dans les dispositions pour jouer un match de haut niveau.  Félicitations à Schalke 04 qui a mis les ingrédients nécessaires avec beaucoup  d'inspiration et d'agressivité dans le jeu. Cette équipe nous a mis en  difficulté très vite et a amplement mérité sa victoire ainsi que sa  qualification. Il faut corriger très vite ce que l'on a vu ce soir. Le constat  n'est pas brillant. La qualification est secondaire ce soir par rapport à ce que  nous avons pu réaliser. Nous sommes qualifiés et il faut être pragmatiques, se  dire que l'on peut encore jouer la première place de ce groupe. C'est une grosse  déception par rapport à notre match avant tout et la qualification ne vient pas  occulter notre mauvaise performance".

Romain Bonte