Procédure pénale ouverte contre Sepp Blatter, Platini "mouillé"

Publié le , modifié le

Le bureau du procureur suisse a annoncé ce vendredi l'ouverture d'une procédure pénale à l'encontre de Sepp Blatter pour "soupçon de gestion déloyale et subsidiairement abus de confiance". Une perquisition a eu lieu aujourd'hui au bureau du Président démissionnaire de la FIFA, ce dernier étant soupçonné d'un paiment déloyal de deux millions de Francs Suisses en faveur de Michel Platini a annoncé le procureur. Michel Platini a d'ailleurs été également entendu en qualité de personne appelée à donner des renseignements".

Selon la justice, ce paiement au bénéfice de Michel Platini effectué en février 2011, a été fait "au préjudice de la Fifa, prétendument pour des travaux effectués entre janvier 1999 et juin 2002. Le présient de l'UEFA s'est justifié en affirmant que la somme évoquée correspondant au "montant versé pour un travail accompli de manière contractuelle pour la Fifa"

Par ailleurs, le Ministère suisse de la justice soupçonne d'une part Blatter d'avoir signé "un contrat défavorable à la Fifa" avec l'Union caribéenne de football, dont Jack Warner était le président. (Ce dernier arrêté par la justice de Trinidad, pourrait être extradé prochainement aux États-Unis). D'autre part, selon le procureur suisse, il existe "un soupçon que, dans l'exécution de ce contrat, Joseph Blatter ait également agi de manière contraire aux intérêts de la Fifa, "en violation de ses devoirs de gestion".

Blatter, président de la Fifa, depuis 1998, avait annoncé le 2 juin dernier, cinq jours après sa réélection pour un 5e mandat, qu'il quitterait son poste lors d'un congrès électif convoqué le 26 février prochain. Michel Platini, membre du comité exécutif de la Fifa, fait figure de favoris pour lui succéder. Mais les déclarations du président sortant risquent fortement de lui être préjudiciables. Vendredi, la Fifa a annulé au dernier moment une conférence de presse de Sepp Blatter, où le président était attendu pour s'expliquer sur les soupçons pesant sur son secrétaire général, Jérôme Valcke, écarté la semaine dernière pour avoir selon la presse, bénéficié de la revente de billets au marché noir.

Déflagration judiciaire

Cette nouvelle déflagration judiciaire au sommet du football mondial intervient donc une semaine après la dernière secousse. Le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, avait été en effet relevé de ses fonctions la semaine dernière, accusé par la presse britannique, sur dénonciation d'un consultant de l'instance mondiale, d'avoir touché des commissions sur une revente de billets. Ce jeudi, alors que les travaux du comité exécutif avaient commencé, la justice suisse avait obtenu "sous conditions" de la Fifa (des conditions non explicitées) le déblocage et la livraison des mails de Valcke, pièce centrale des allégations. Mais il semble que tout cela fasse boule de neige et que toutes les opérations présumées de corruption en viennent à toucher toutes les têtes pensantes de la Fédération internationale.  

Christian Grégoire