Prison ferme pour des adolescents ayant battu à mort un arbitre aux Pays-Bas

Publié le , modifié le

Six adolescents entre 15 et 17 ans et un adulte ont été condamnés à des peines allant d'un à six ans de prison pour avoir battu à mort un arbitre de touche à l'issue d'une rencontre de football amateur aux Pays-Bas. Ce jugement a une résonnance particulière après les diverses scènes de violence survenues sur les terrains de football de la région parisienne.

"Les sept suspects sont coupables d'avoir frappé la tête et le haut du  corps de l'arbitre de touche", a déclaré la juge Anja van Holten, lors du  prononcé du jugement à Lelystad, dans le centre du pays. Le tribunal a en revanche admis qu'"aucun des suspects n'avait l'intention de tuer l'arbitre de touche" et a déclaré un huitième suspect innocent de la mort de Richard Nieuwenhuizen. Celui-ci avait été agressé le 2 décembre dernier à l'issue du coup de  sifflet final d'une rencontre de jeunes s'étant soldée sur le score de 2 buts  partout. Il avait notamment été frappé au visage et au cou par des joueurs de  l'équipe visiteuse alors qu'il était au sol. Quelques heures après l'agression,  l'homme avait été pris d'un malaise et emmené à l'hôpital où il était  finalement décédé le lendemain.

Cinq des adolescents ont été condamnés à deux ans de détention, dont 6 mois  avec sursis, la peine maximale encourue. Un sixième adolescent, plus jeune, a  été condamné à un an de détention, dont deux mois avec sursis. Le père de l'un des adolescents, âgé de 51 ans, a lui été condamné à 6 ans de prison. La mort de l'arbitre assistant avait provoqué de vives réactions aux  Pays-Bas, qui compte 1,2 million d'affiliés sur une population de près de 17  millions d'habitants. Toutes les rencontres de football amateur prévues le  week-end ayant suivi sa mort avaient été annulées.

AFP