Bafétimbi Gomis
Bafétimbi Gomis | DON EMMERT / AFP

Premier trophée pour Lyon

Publié le , modifié le

L'Olympique Lyonnais a remporté samedi le Trophée des champions en venant à bout de Montpellier (2-2, 4 tab à 2) à Harrison, près de New-York. Le vainqueur de la Coupe de France 2012 succède à Marseille et étend ainsi son record national en glanant pour la 7e fois ce trophée.

Dans un stade clairsemé, Lyon est revenu deux fois au score pour prendre le meilleur sur une équipe de Montpellier qui n'a pas su contenir ses nerfs en fin de match. Bafétimbi Gomis (44e) a répondu à l'ouverture du score d'Utaka (27e), avant qu'Herrera (56e, s.p) ne donne l'avantage aux Héraultais. Mais Briand, auteur d'un très bon match, a remis son équipe sur les rails (77e). Si tout n'a pas été parfait, l'OL a montré beaucoup de caractère pour finalement arracher la victoire aux tirs au but. 

Montpellier dominateur en première mi-temps

C'est pourtant Montpellier qui rentre le mieux dans le match. Entreprenants, les hommes de René Girard monopolisent le ballon et se projettent vite vers l'avant, notamment sur les ailes où Bedimo, très en jambes, se régale dans son couloir. A la 23e minute, il déborde, laisse deux joueurs sur place avant de centrer en retrait pour personne. Ce n'est que partie remise : quatre minutes plus tard, Utaka s'infiltre côté gauche, profite d'un contre favorable pour récupérer la balle et efface Koné puis Cris avant de tromper Lloris d'une frappe puissante sous la barre.

En retard sur tous les duels, à l'image de ce tacle par derrière de Lacazette sur Mounier (30e), les Lyonnais restent sans réaction. Il faut attendre la 33e minute pour assister à une première action un peu dangereuse des hommes de Rémi Garde avec un rush plein axe de Fofana dont la frappe tendue rase le poteau droit de Jourdren.

Alors que le rythme de la rencontre est au plus bas, Montpellier semble se diriger vers les vestiaires avec ce court avantage. C'est sans compter sur Gomis, qui d'une tête puissante au point de pénalty vient reprendre un magnifique centre du gauche de Gourcuff et remettre les deux équipes à égalité juste avant la mi-temps.

La révolte lyonnaise

En début de seconde période, Lyon revient avec de bien meilleures intentions mais une décision arbitrale litigieuse va faire basculer la rencontre. Suite à un coup franc d'Estrada contré par une main quasiment collée au corps de Gomis, Montpellier bénéficie d'un pénalty généreux (55e). Herrera ne se fait pas prier pour transformer l'offrande en ajustant Lloris d'un contre-pied parfait.

Il n'en faudra pas plus pour sonner la révolte des Gones. Dynamisés par l'entrée en jeu du jeune et prometteur Benzia, les Lyonnais investissent la moitié de terrain héraultaise. Bien servi au deuxième poteau par Lacazette, Jimmy Briand arme une très belle reprise de volée qui ne laisse aucune chance à Jourdren (77e).

Lloris décisif

Deux minutes plus tard, Estrada est expulsé suite à un vilain tacle à retardement sur Benzia (79e), les deux pieds décollés sur la cheville du Lyonnais. Le match bascule alors dans l'euphorie, avec une fin de match incroyable et des occasions de part et d'autre. Briand rate d'abord l'immanquable face au but vide (84e) avant de voir son fantastique ciseau acrobatique venir mourir sur le montant droit du portier montpelliérain (88e).

Les hommes de René Girard auront eux aussi l'occasion de tuer le match par l'intermédiaire de Camara (90e), dont la frappe à bout portant est repoussée sur sa ligne par Lloris avant que Cris ne sauve sa formation d'un tacle désespéré. Mais aucune des deux équipes ne parvient à faire la différence au terme d'une fin de match très tendue. Homme du match, Jimmy Briand a finalement donné la victoire à son équipe en convertissant le dernier tir au but. Décisif lors de cette séance, Lloris, annoncé sur le départ, s'est une nouvelle fois montré à son avantage. "Ca fait du bien de commencer la saison par un succès, a souligné le portier lyonnais au micro de Canal +. On s'en rappellera plus tard parce que ça s'est passé à New-York. (Au sujet de son éventuel transfert à Tottenham) On va savouer avec les copains puis on verra dans les jours qui suivent."

"C'est magnifique parce qu'avec un seizième trophée en 11 ans, l'OL a retrouvé le goût de la victoire, s'est réjoui le président lyonnais Jean-Michel Aulas. On a toujours été bien placés, mais quand on gagne c'est quelque chose de différent. Et là, Montpellier, qui a fait un très bon match, avait aussi la tendance favorable. Ils étaient sur une spirale positive, mais les garçons ont su rester extrêmement combatifs, même s'ils ont été prudents au début. Ca permet de gagner un trophée qui est beaucoup plus important qu'il n'y paraît. C'est le 7e que nous gagnons depuis 10 ans."

Victor Patenôtre