Pascal Dupraz
Pascal Dupraz. | Romain Lafabregue / AFP

Pour l'entraîneur du TFC, Pascal Dupraz, "c'est dommage que Neymar n'ait pas choisi Toulouse"

Publié le , modifié le

"C'est une très bonne chose qu'il choisisse la Ligue 1, dommage qu'il n'ait pas choisi Toulouse", a ironisé l'entraîneur du TFC, Pascal Dupraz, ce mercredi en conférence de presse, dans une allusion au probable transfert de Neymar au Paris SG, qui n'a jamais été aussi près de se concrétiser, selon plusieurs sources. "Je retiens surtout que, d'après tous les experts et les spécialistes, la L1 est un championnat faible et sans intérêt. Je me dis que pour un championnat aussi peu intéressant, c'est quand même pas mal d'avoir pu attirer un joueur comme Neymar".

"Un coup de tonnerre dans le football mondial"

Alors qu'il débutera le championnat ce vendredi sur la pelouse du champion de France en titre, l'AS Monaco, puis qu'il recevra Montpellier le 12 août, le Toulouse Football Club enchaînera ensuite par un déplacement... au Parc des Princes le week-end du 19 août, pour y défier un PSG qui pourrait alors aligner sa star brésilienne. "Si mes joueurs en parlent dans le vestiaire? Je ne rentre jamais dans le vestiaire", a botté en touche, dans un large sourire, Pascal Dupraz. Également interrogé sur le sujet lors d'une conférence de presse organisée au siège du club, Jean-François Soucasse, le président délégué du TFC, a estimé qu'il s'agissait "d'un coup de tonnerre dans le football mondial". "On parle quand même d'un des trois meilleurs joueurs de la planète", a-t-il rajouté, visiblement ravi. Concernant d'éventuelles retombées pour la Ligue 1, l'ancien milieu de terrain toulousain a estimé que ce possible transfert serait "une formidable exposition pour le football français, dont tout le monde (pourrait) tirer profit". "Au TFC, on considère que, quand un club français est capable d'attirer de très grands joueurs, c'est quelque chose qui donne de l'attrait au championnat auquel on va participer : donc c'est une bonne chose. Après, oui, les sommes sont folles et cela fait partie de le démesure de l'économie du football", a-t-il conclu.

AFP