Michel Platini
L'image de Michel Platini est de plus en plus écornée avant le vote pour la présidence de la FIFA | PATRICK SEEGER / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP

Platini a déposé son appel auprès du TAS de Lausanne

Publié le , modifié le

Michel Platini a officiellement déposé son appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne, plus haute juridiction sportive, pour contester sa suspension de 90 jours prononcée le 8 octobre par la commission d'éthique de la Fifa, ont annoncé ses conseillers. Mercredi, la commission des recours de la Fifa a rejeté l'appel que Platini avait déposé le 10 octobre. Il fallait que l'ex-triple Ballon d'Or attende l'examen de cet appel par la Fifa pour enclencher sa procédure à l'échelon supérieur, c'est-à-dire saisir le TAS.

C'est une nouvelle étape. C'est la dernière avant l'examen sur le fond des charges qui sont reprochées à Michel Platini, par la commission d'éthique de la Fifa. En faisant appel auprès du TAS, le Français espère une levée rapide de sa suspension provisoire, afin de lui permettre de se lancer dans la bataille de la candidature à la présidence de la Fifa. Cette suspension l'empêche en effet toute activité dans le football, et lui interdit donc de mener campagne pour tenter de devenir président de la Fifa le 26 février prochain. "L'appel de Michel Platini vient d'être officiellement déposé auprès du TAS pour annuler la décision de la Fifa de suspension provisoire de 90 jours et  conséquemment pour demander la levée de cette suspension provisoire dont il  fait l'objet depuis le 8 octobre 2015, avec effet immédiat", exposent les  avocats du président de l'UEFA dans un communiqué transmis à l'AFP. 

Suspendu provisoirement jusqu'au 5 janvier 2016, Michel Platini espère que le Tribunal suisse jugera rapidement son cas. La commission d'éthique de la Fifa lui reproche un paiement de 1,8  million d'euros en 2011, reçu de la part de Joseph Blatter, président de la  Fifa également suspendu, pour un travail de conseiller achevé en 2002. Si les juges levaient la sanction (les conseillers de Platini espèrent dans les 2-3 semaines), il pourrait immédiatement reprendre ses fonctions. Mais la colère demeure, car ses avocats protestent contre le délai d'examen de l'appel de  leur client et la notification du rejet par la Fifa - un mois et huit jours -  alors qu'eux avaient seulement 48 heures pour interjeter appel. "On est sereins mais révoltés par les procédés de la Fifa. C'est proprement  hallucinant. On va arrêter l'angélisme. Il y a une volonté de perturber et de  retarder la campagne pour la présidence à la Fifa de Michel Platini. C'était  assez subtil jusqu'ici, là c'est comme le nez au milieu de la figure. Ou alors  c'est une incompétence au-delà de l'imaginable", a dénoncé Me Thibaud d'Alès,  avocat de Platini, auprès de l'AFP.

Une décision sur le fond pourrait être rendue par la commission d'éthique  de la Fifa avant Noël, a appris mercredi l'AFP de source proche de cet organe.  En cas de sanction, le timing d'une décision notifiée juste avant Noël ne  jouerait pas en faveur de Platini dans la perspective du nouvel appel qu'il  pourrait déposer alors.