Michel Platini
Michel Platini | FABRICE COFFRINI / AFP

Platini dénonce une "véritable mascarade"

Publié le , modifié le

Michel Platini, président de l'UEFA suspendu huit ans de toute fonction liée au football, a dénoncé lundi "une véritable mascarade", "mise en scène" pour le "salir" par des instances auxquelles il dénie "toute légitimité et crédibilité", selon un communiqué transmis à l'AFP.

"Parallèlement à la saisine du Tribunal arbitral du sport (TAS), je suis  déterminé à saisir, le moment venu, la justice civile pour obtenir réparation  de l'intégralité du préjudice que je subis depuis de trop longues semaines du  fait de cette procédure. J'irai jusqu'au bout dans cette démarche", ajoute le  triple Ballon d'Or. "Cette décision ne me surprend pas", écrit en préambule Platini dans son  communiqué, avant d'ajouter: "Je suis convaincu que mon sort était déjà scellé  avant l'audience du 18 décembre dernier (devant la justice de la Fifa, où son  avocat a été entendu pendant 9 heures, ndlr) et que ce verdict n'est que  l'habillage pathétique d'une volonté de m'éliminer du monde du football."

"Sur les terrains comme dans l'exercice de mes mandats, mon comportement a  toujours été irréprochable et je suis, pour ma part, en paix avec ma  conscience", conclut l'ancien meneur de jeu de l'équipe de France. Platini a été sanctionné par la justice interne de la Fifa pour un paiement  controversé de 1,8 M EUR reçu en 2011 sans contrat écrit de Sepp Blatter,  président de la Fifa également suspendu 8 ans lundi.

Un "cynisme procédural"

Me Thibaud d'Alès, avocat de Michel  Platini, a dénoncé lundi auprès de l'AFP le "cynisme procédural" de la justice  interne de la Fifa, car les motivations de sa suspension, nécessaires pour  faire appel, ne lui seront communiquées "qu'au cours de la première moitié du  mois de janvier 2016". "Contrairement au calendrier imposé par le Tribunal arbitral du sport (TAS)  qui souhaitait que cette affaire puisse revenir devant lui dans un calendrier  compatible avec l'élection à la présidence (le 26 février), la Fifa a  officiellement annoncé à M. Platini que les motivations de la décision ne lui  seraient communiquées qu'au cours de la première moitié du mois de janvier  2016", expose encore le conseil du triple Ballon d'Or.

"Or, le règlement de la Fifa interdit tout appel avant réception d'une  décision motivée", poursuit ce membre du cabinet Clifford Chance à Paris.  L'avocat a "anticipé cette attitude dilatoire" et a écrit à la justice interne  de la Fifa "dès le 16 décembre dernier, lui demandant de confirmer son accord  pour une saisine directe du TAS en renonçant aux voies de recours internes". "Si la préoccupation de la Fifa est vraiment l'éthique, je ne peux imaginer  un seul instant qu'elle n'accède pas à notre requête", a ajouté Me d'Alès. Pour  saisir le TAS directement, sans passer devant la chambre de recours de la Fifa,  il faut en effet avoir l'accord de cette dernière instance. Le temps presse pour Platini. Les candidatures à la présidence de la Fifa  sont définitivement enregistrées le 26 janvier, soit un mois avant le scrutin.

AFP