Porto-PSG
Le défenseur parisien Sakho aux prises avec Rodriguez, l'attaquant de Porto. | AFP- Miguel RIOPA

Paris prend un coup de Porto !

Publié le , modifié le

Le PSG a perdu de sa superbe en s'inclinant (1-0) mercredi sur la pelouse du FC.Porto lors de la deuxième journée de Ligue des Champions. Face à une belle équipe portugaise, les Parisiens ont été dominés dans la bataille du milieu et ont affiché certaines limites tactiques. Ils n'ont surtout jamais été capables de se mettre dans une dynamique conquérante, et rentrent dans le rang dans ce groupe A.

Les Parisiens ont été très décevants dans cette rencontre et ont pu mesurer que les joutes européennes n'équivalaient pas à faire chuter des formations de peu d'envergure. Autrement dit, affronter Porto n'est pas dominer Sochaux ! Les Parisiens en ont eu la démonstration dans ce match où ils ont été mis sous l'éteignoir. Avec un milieu de terrain bousculé, et mis en difficulté par des Portugais entreprenants, les hommes de Carlo Ancelotti  ont eu beaucoup de difficulté à construire leurs actions.

Porto a dominé dans la possession du ballon, faisant beaucoup tourner et prenant l'ascendant dans l'organisation du jeu en faisant tourner face à des Parisiens laissant trop d'espace entre les lignes. Les principales occasions ont été portugaises, avec Martinez, Rodriguez et Varela, et de belles montées de Moutinho.. Sans de très bonnes interventions de Sirigu, les Parisiens auraient pu rentrer aux vestiaires avec un ou deux buts de retard. Dépassé dans la récupération, mis en difficulté en défense, avec des joueurs trop fébriles par rapport à l'enjeu, le PSG ne s'est créé que peu de possibilités de marquer. Ce fut une tête   d'Ibrahimovic non cadrée à la reprise d'un bon centre de Nene, et une "aile de pigeon" de ce même Ibrahimovic, parti à la limite du hors-jeu sur une ouverture de Menez. Mais le portier portugais s'interposait à propos. Ce fut tout pour les Parisiens qui ont abandonné la maîtrise du jeu à leurs adversaires.

Mamadou Sakho (défenseur et capitaine du PSG): "Vu la physionomie du match, où on ne s'est pas créé beaucoup d'occasions face à une équipe de Porto qui a très bien joué, avec plus de détermination, le résultat est logique. On est très déçus parce qu'on voulait faire un gros match ce soir.(A propos du match de dimanche à Marseille) Un clasico c'est avant tout mental, et il n'y a rien de dramatique. On va bien récupérer et on sera prêt mentalement pour le clasico." 

Des Parisiens sans solutions

En deuxième période, les Parisiens se sont portés un peu plus vers l'avant sans pouvoir véritablement construire des offensives. Au contraire, Porto relançait en quelques passes à partir de bonnes récupération,  mettant en difficulté la défense de Paris, comme à l'heure de jeu où elle était piégée par une ouverture sur Varela, mais l'attaquant portugais se heurtait à Sirigu qui sortait dans le bon tempo. Le PSG n'a que rarement pu imposer son rythme, pris techniquement en défaut chaque fois que Porto parvenait à poser le jeu. Même s'il a tenté d'étirer la défense portugaise pour faire sortir les récupérateurs, il s'est montré sans véritable patron, incapable de porter véritablement sur le but de Helton, si ne ce ne fut que par quelques actions individuelles sporadiques. Mais on ne sentait pas les Parisiens capables de surprendre les Dragons. Le pauvre Lavezzi, remplaçant de Menez, n'a joué que 8 minutes, officiellement touché aux adducteurs et remplacé par Nenê, avant d'envoyer un énorme coup de pied dans la glacière parisienne devant le banc de touche.

Porto a petit à petit mis la mainmise sur la rencontre, renvoyant les Parisiens à leur études. Avec beaucoup de volonté et d'engagement, les intentions portugaises étaient enfin récompensées à six minutes de la fin. Sur un déboulé côté gauche de Moutinho, dont le centre était détourné, James Rodriguez ouvrait la marque en trompant Sirigu (1-0, 84e).C'était la suite logique de la domination du FC.Porto qui s'imposait logiquement face à des Parisiens qui n'ont jamais su hausser leur niveau de jeu et qui ont peut-être surestimé leur capacité à pouvoir faire bonne figure dans cette Ligue des Champions sans se dépouiller un peu plus. Dès lors que les individualités, comme ce fut le cas au Portugal, ne tiennent pas leur rang, ou font preuve de suffisance en s'installant dans un certain confort, le collectif n'a pas été en mesure de tenir le choc face à Porto. Une défaite, la première de la saison, qui leur servira peut-être de leçon.   

Le PSG reste certes en position de se qualifier, à la 2e place du Groupe A, mais à égalité de points avec le Dynamo Kiev, qui s'est imposé (2-0) face au Dinamo Zagreb. 

Déclarations

Vitor Pereira (entraîneur de Porto): "Pour jouer contre le PSG, il faut beaucoup de qualités, individuelle ou collective, et jouer à très haut niveau. On n'a pas été parfait, car on a manqué plusieurs opportunités. Si on avait marqué plus tôt, on aurait ensuite été plus tranquille. Mais Paris a pu faire ce que Porto lui a autorisé. On a été fidèle à notre modèle de jeu, on a eu de bonnes transitions offensives, une bonne possession de balle et on a bien utilisé les ailes. Paris a bien eu quelques opportunités mais globalement on a contrôlé le match et notre but n'est que justice. On travaille en 4-3-3 depuis plus de deux ans, mais on a changé car le match l'exigeait. Le mérite en revient aux joueurs. Je n'oublie pas la façon dont on a été éliminé l'an passé. Contre le Zenit, chez nous, on n'avait pas été capable de marquer le moindre but. Il ne faut donc pas repousser à demain ce qu'on peut faire aujourd'hui, mais au contraire il faut prendre les points le plus vite possible".

Carlo Ancelotti (entraîneur du Paris SG): "On a joué contre une équipe qui a pratiqué un très bon football, avec confiance, courage et personnalité. C'est la raison pour laquelle on a perdu ce soir. On n'a pas toujours été mauvais, mais on a peut-être eu un peu de peur. On n'a pas eu le contrôle de la balle, on était trop loin de la moitié de terrain. On peut être meilleur. On n'a pas encore assez d'expérience pour venir ici et faire jeu égal. Porto a beaucoup de qualités et d'identité. On a besoin d'un peu de temps. Ibra a eu quelques opportunités en début de match mais cela ne signifie pas que son rendement n'est pas bon. C'est normal de ne pas encore être prêt pour faire ici un match de qualité. A quelques moments, on a bien joué mais on n'a pas eu de constance. On a eu des problèmes sur leur côté gauche avec Varela qui, dès le début, a fait quelques bons centres. On a donc remplacé Van der Wiel pour avoir un joueur frais. Mais le problème n'était pas là. C'est surtout au milieu qu'on a eu du mal à jouer au foot, à gérer. Car Porto nous a mis beaucoup de pression dans cette zone. On doit maintenant récupérer avant le match à Marseille".   

Christian Grégoire