Thiago Silva Varela PSG Porto
Thiago Silva (PSG) à la lutte avec Varela (Porto) | FRANCK FIFE / AFP

Paris bat Porto et termine premier de son groupe

Publié le , modifié le

En battant le FC Porto lors de la 6e et dernière journée de la phase qualificative de la Ligue des Champions (2-1), le PSG a fait coup double : il s'est rassuré après des récents résultats décevants et il a chipé aux Portugais la tête du Groupe A. Ce qui devrait en pratique amenuiser ses chances de tomber sur une terreur européenne lors des prochains huitièmes de finale.

Laborieux en championnat, le PSG s'est montré un Européen convaincu en Ligue des Champions. Et convaincant. Pour cette opération reconquête, Carlo Ancelotti, qui avait promis des changements, n'a pas changé grand-chose à sa composition. Obstiné, le coach italien fait confiance au très décrié Pastore aux dépens notamment de Nenê, de même qu'il aligne une nouvelle fois van der Wiel et Alex en défense, Jallet et Sakho étant priés de prendre place sur le banc. C'est plutôt dans l'animation qu'il faut donc chercher une innovation tactique puis que le PSG opte face aux Portugais pour un 4-4-2 assez inhabituel. D'entrée, le schéma semble porter ses fruits puisque Pastore déborde et centre pour Ibrahimovic, un poil trop court pour reprendre victorieusement (2e). Mais l'envie et la détermination sont là, ce qui n'était pas toujours si évident ces derniers temps dans les rangs parisiens.

En vieux routiers de la compétition, les Portugais font le dos rond et laissent passer l'orage. Une première frappe de Jackson Martinez rappelle au PSG que les Dragons ne sont pas inoffensifs, loin de là (12e) même si Ibrahimovic, une fois n'est pas coutume, manque d'adresse devant le but sur une reprise du gauche (24e). La persévérance parisienne est toutefois récompensée sur coup de pied arrêté. Maxwell au centre et Thiago Silva s'élève plus haut que tout le monde pour propulser un coup de tête surpuissant dans la lucarne de Helton (1-0, 33e). Un juste tribut pour le Brésilien, l'un des joueurs les plus réguliers du club de la capitale depuis le début de saison. Pourtant, le défenseur ne peut rien sur l'égalisation portugaise moins de cinq minutes plus tard. En revanche, Pastore, qui se fait trop facilement éliminer sur le centre de Danilo, et Alex, trop lent face à Jackson Rodriguez qui peut placer une tête piquée, ne sont pas exempts de tout reproches... (1-1, 33e). Paris accuse le coup après sa bonne entame mais parvient à se reconcentrer pour mieux finir cette première période, à l'image de cette tête lobée d'"Ibra" qui oblige Helton à une envolée de chat (43e).

Helton pas impérial

Les partenaires de Sirigu confirment leur volonté d'en découdre à la reprise. Certes, tout n'est pas encore fluide dans le jeu mais l'impact physique est bien réel côté PSG. Face à une équipe portugaise qui ne refuse pas le jeu, les locaux vont bénéficier d'un coup de pouce inattendu. Après une belle passe de Menez pour Lavezzi, l'Argentin frappe sans beaucoup d'angle ni trop de puissance mais cela suffit pourtant à tromper le malheureux Helton, coupable sur le coup d'une fameuse "Arconada" en laissant filer le ballon sous son corps (2-1, 61e) ! Le FC Porto, qui l'avait emporté 1-0 au match aller en se montrant incontestablement supérieur, a clairement perdu de sa superbe et, hormis sur une frappe non cadrée de Lucho alors que l'ancien Marseillais avait la cage ouverte devant lui (70e), peine à se montrer véritablement dangereux. Et Paris a tout le loisir de pratiquer le jeu qui, selon Ancelotti lui convient le mieux en ce moment, à savoir le contre. Les dernières minutes voient même Pastore se libérer en étalant quelques actions de grande classe. Ne manquaient que la réussite pour que l'Argentin se débloque complètement en marquant un but libérateur. Cela se présentera peut-être en huitièmes de finale, quand ça compte vraiment ?

Déclarations :

Carlo Ancelotti, entraîneur du PSG : "C'était une bonne performance. On a retrouvé de l'esprit, les joueurs ont montré de l'orgueil face à des critiques dures. C'est très important de finir premier, très important d'avoir joué un beau football, avec du caractère. Mais samedi, ce sera très important de remonter en championnat. Il y a du temps pour le championnat, la Ligue des champions ne reviendra qu'en février. Ce que je veux, c'est voir des joueurs professionnels, sérieux, qui travaillent pour l'équipe. Ce que je lis dans les journaux, ce n'est pas vrai. Que les Brésiliens parlent ensemble c'est normal, c'est plus facile. Le plus important est la relation sur le terrain et ce soir on a vu qu'elle n'était pas mal. La C1 prend beaucoup d'énergie. Pour nous la qualification était un objectif très important et peut-être que les joueurs étaient plus focalisés là-dessus. Mais il faut changer cela. Etre cinq points derrière Lyon en L1, ce n'est pas bien. Je suis sûr que maintenant les choses vont vite s'améliorer en championnat.

Salvatore Sirigu (gardien du PSG): "Peut-être qu'aujourd'hui il y avait une motivation différente. C'est aussi la Ligue des Champions avec en face des équipes qui peuvent jouer. En L1, il y a des équipes très serrées et qui laissent peu d'espaces. L'objectif était de passer 15 points c'est vachement bien. Gagner ça donne confiance. Je n'ai pas de préférence pour le tirage au sort. Les derniers jours, avec les rumeurs, ce n'est pas agréable. Il faut aussi penser aux prochains matches à préparer."

Thiago Silva (capitaine et défenseur du PSG): "Gagner contre une équipe comme Porto, ça va nous relancer. On est beaucoup plus concentrés quand on a des gros en face de nous que quand on a des équipes de L1. Je vais être honnête avec vous, on se concentre beaucoup plus pour les matches de C1. Ce n'est pas bien mais on se donne plus en C1."

Javier Pastore (milieu du PSG): "Nous sommes une équipe jeune. Bien sûr, la Ligue des Champions donne beaucoup plus de motivation. Aujourd'hui, l'équipe a joué à un très bon niveau et j'espère que samedi on saura faire la même chose. Mon match me donne confiance, j'ai fait une bonne partie. Le moment difficile était pour toute l'équipe, pas moi seulement. On n'arrivait pas à gagner. On a perdu quelques matches et nous ne sommes plus premiers."

Julien Lamotte